Ce que j’ai appris de la vie alors que j’avais rien demandé

S’il est un bénéfice que je peux imputer à mon grand âge, c’est celui d’avoir appris des choses de la vie. Comme ça : en la vivant.

Je remarque que ces enseignements se divisent en deux catégories :

Petit a : les choses que j’ai appris de la vie et que je l’avais bien cherché.
Il est toujours plus efficace d’agrémenter un récit théorique d’exemples, de manière à raccrocher ses affirmations à une réalité à laquelle chacun pourra se référer.
Voici, pour exemplifier mon propos, donc, des choses que j’ai voulu apprendre de la vie et que je l’avais bien cherché :

  • Comment embrasse-t-on sur la bouche (avec la langue) ?
  • Peut-on faire un bisou sur son propre nez par miroir interposé ? (non)
  • Est-ce que ça fait vraiment mal d’accoucher ?
  • Pourquoi Arnold ne grandit pas alors que Willy semble avoir une croissance tout à fait normale ? (exemple de vielle)
  • Est-ce qu’il suffit de sourire gentiment au policier pour éviter la contravention (à 91€) pour avoir conduit en ayant oublié son permis sur le lavabo de la salle de bain ?
  • Qui a volé l’orange du marchand ? (running gag de ringarde)

Les réponses à ces questions (et à bien d’autres encore), je les ai récoltées par la quête, l’étude de terrain. J’ai cherché et j’ai trouvé.

Petit b : les choses que la vie m’a apprises et que j’avais rien demandé.
La différence entre les deux catégories est subtile, mais d’une grande importance.
Pour la première (cf « petit a »), je cherchais à apprendre et j’ai appris dans la vie (voire même : j’ai vécu dans l’apprentissage) (voire même j’ai vécu d’apprendre et vice versa).

Bref. J’ai demandé, j’ai vécu, j’ai appris.

Dans l’autre cas, que je développe ci-après, je n’avais rien demandé et c’est dans les ressacs de l’expérience que la vie m’a livré des enseignements puissants et inoubliables.
Notez : dans un cas comme dans l’autre, c’est un cercle vertueux. Parce que j’ai appris.

Mais si l’un peut être passionnant et délicieusement motivant (on apprend à embrasser sur la bouche avec la langue… en embrassant des gens sur la bouche et en y mettant la langue = motivation dans l’apprentissage). Le second s’est souvent avéré plus aléatoire. Parfois, la vie m’a appris des choses très utiles (même si je n’avais rien demandé). Et parfois, elle m’a appris des choses qui tenaient davantage de la « bonne claque que la vie t’envoie dans ta face et que t’avais pas vu venir ». Dans les deux cas j’ai appris, je prends tout, et tant pis pour les baffes.

Histoire de vous raccrocher à une réalité tangible, déclinable, et à fort pouvoir d’identification, voici mon top 10 des exemples de ce que la vie m’a appris alors que je n’avais rien demandé. En 14 points :

1 – Les gens qui commencent leurs phrases par : « j’ai juste un petit truc à te dire vite fait », sont toujours en train de parler une demie heure plus tard.

2 – Faut pas sauter à pieds joints sur un lac gelé, en bottes. D’abord, parce que dans bien des régions de France, le gel n’est pas assez puissant pour que la couche de glace du lac puisse porter un corps humain (premier enseignement). Donc tu te retrouves dans l’eau gelée (deuxième enseignement, mais celui-ci fait partie de la catégorie a : que je l’avais bien cherché). Sauf que tu portes des bottes. Alors l’eau s’engouffre dans les bottes, t’attirant ainsi vers les fonds marins (que j’avais pas demandé à l’apprendre et que j’ai bien pigé la leçon).

3 – Le matin du jour où on commence par cours d’EPS/athlétisme/1500 m (c’était un jeudi) : il ne faut SURTOUT PAS manger un gros bol de céréales avec du lait en guise de petit déjeuner…

4 – Les cheveux blancs, ce n’est pas que pour les vieux (premier enseignement). Ou alors je suis plus vieille que je ne le pensais (deuxième enseignement). Et pendant ce temps là tout le monde me raconte que je fais jeune alors que pas du tout. Je suis vieille et mes amis sont des menteurs (troisième enseignement).

5 – On parle souvent de l’adolescence en la désignant comme « l’âge ingrat ». Ressortez les photos de vous, ado, et vous verrez : « ingrat », c’est vachement bien trouvé. (notamment si vous ressortez les photos prises le jour du cours de gym et/ou le jour de la chute dans le lac gelé)
www.mariegraindesel.fr_Lavie
6 – On n’est jamais prêt à faire face à la mort d’un proche. On peut y penser, on peut visualiser, se projeter, et même imaginer le texte qu’on voudra lire à l’enterrement. On peut pleurer d’avance pour relâcher la pression sur le jour J. Tout. Mais non : un jour ça arrive, et en fait, on réalise qu’on n’aurait jamais pu être prêt, pour ÇA.

7 – Oui le temps adouci la douleur. Non, on ne s’en remet pas. Jamais.

NB : j’ai été sport, j’ai attendu les points 6 et 7 pour en venir aux choses qui plombent l’ambiance.

8 – Dire « ta gueule ! » à un inconnu dans la rue, c’est pas bien. C’est le tutoiement qui pose apparemment un problème : « Non mais d’où tu me tutoies, connasse ?! » arrive immanquablement en tête des réponses à cette injonction… La vie m’a appris que pour insulter les gens dans la rue : le vouvoiement est fortement conseillé.

8 bis – Mais en fait la vie m’a appris qu’il ne faut pas trop insulter les inconnus dans la rue si on peut éviter. Je ne développe pas. Notez juste : faut pas le faire.

9 – Les gentils attirent les gens cons. Les gens cons attirent les gens bons (attention, jeu de mot hilarant). Puis un jour, quand ils en ont tous marre : ils se disputent et se fuient (jusqu’à la prochaine fois).

10 – Le mec de ta super copine (ou le tien) choisit de la larguer (ou de te larguer, toi) entre 2 et 7 jours après que tu aies affirmé à cette dernière (ou que cette dernière t’ait affirmé) : « Mais bien sûr qu’il ne va pas te larguer de si tôt ! Il est déjà fou amoureux, c’est évident ! C’est juste qu’il est trop fier/timide/bourré/marié pour te l’avouer».

11 – Il y a plein de gens hyper racistes partout. Même autour de moi, très près. Et même, c’est tellement normal d’être raciste pour eux qu’ils sortent des énormités racistes sans réaliser que c’est moche (parce que c’est raciste). Et dans « racistes » je range : « ho ben je vais mettre pépétte à l’école privée, je préfèrerais qu’elle ait des copains blonds aux yeux bleus, QUAND MÊME… Enfin des gens qui lui ressemblent, si tu vois ce que je veux dire » (ben oui « QUAND MÊME », je saisis l’allusion).
Ainsi que : « je ne vois pas pourquoi on permettrait aux homosexuels de se marier ! Ils ont choisi d’avoir une vie différente, ils n’ont qu’à être comme nous s’ils veulent vivre comme nous. Deux personnes du même sexe, c’est pas un mariage, QUAND MÊME ! » (surtout s’ils NE SONT PAS blonds aux yeux bleus : dur dur).

11 bis – En fait, la vie m’apprend que cette société est source de mille angoisses pour les hétérosexuels blonds aux yeux bleus

12 – On croit souvent à tort que c’est au cou que l’on a le plus de chances de se faire mal en faisant le poirier… Alors que c’est le meilleur moyen de se casser le pouce. C’est comme ça.

13 – Le meilleur endroit pour se curer le nez c’est : au volant d’une voiture, au feu rouge. J’ai remarqué.

14 – « C’est pas toi, c’est moi » et « tu mérites de rencontrer quelqu’un de mieux que moi » : c’est très vrai. Mais surtout, ça veut dire : « j’ai envie d’en finir avec cette rupture qui me bouffe toute mon énergie, alors que techniquement, je devrais déjà être débarrassé(e) de toi ».

Bonus : faut jamais dire jamais. « Jamais » n’existe pas : en bien comme en mal. C’est à force de vivre que je le constate (parfois c’est désagréable, mais parfois c’est génial).

J’aimerais bien savoir ce que la vie t’a appris, que t’avais rien demandé… Dis-moi !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

27 Comments

  1. J’aurais pu me contenter de mettre <3 en commentaire, j'adore ton billet !!

    Mais bon, je joue le jeu : la vie m'a appris qu'il y a bien peu de temps entre le moment où tes parents te disent d'un air inspiré "tu verras ça passe vite une vie" et le moment où tu te surprends à dire à tes enfants d'un air inspiré "tu verras ça passe vite une vie"…

    La vie m'a appris que tout permet d'apprendre dans la vie ; même les pires épreuves, même les trucs pourris, peuvent se transformer en leçon de vie, si on regarde bien. Et donc, hop alchimie, même le pire se transforme en bien, quelquefois…

  2. ah ah que ça fait du bien <3

    La vie m'a appris que marché 5 kms enceinte de 8mois et demi ce n'est pas une très bonne idée surtout si on veut garder bébé au chaud encore un peu, qu'il faut toujours jeter un oeil où on marche parce que le caca de chien c'est souvent des deux pieds, que lire la fin d'un livre ce n'est pas une bonne idée pour construire un résumé par contre wikipédia pourra t'aider, que maintenant les chocolats avec de la liqueur ça existe aussi sans papier autour, qu'un yaourt périmé de plus de 20 jours parfois vaut mieux éviter de le manger, qu'un bébé ça peut aussi sentir mauvais surtout un lendemain de purée de courgette, que les p'tits écoliers ce n'est pas que pour les enfants 😉 et tellement d'autres.

    Et pour ce que je n'avais pas cherché, c'est surtout qu'au final la vie c'est quand même une belle connasse quand elle veut ;-).

    • Pour la randonnée à 8 mois de grossesse, j’ai testé aussi : c’était pas génial (enfin si, pour faire accoucher quoi…)
      Attention aux journées avec poisson pour les enfants : la couche pue, et la couche ne ment pas dans ces cas là.
      Merci pour ta contribution 😉

  3. Merci, ce billet mi-amer mi-doux me touche tout particulièrement.
    Je rédige ma version et je la mets en ligne ce soir !

  4. Bon alors moi je débarque : je te découvre grâce à Hellocoton (mais si, regarde bien, à un moment, t’étais dans « Frais & populaire », trop la classe !) et j’adore ta façon d’écrire (waow, tu parles d’une révélation, si je commente, c’est que j’ai lu et que j’ai aimé, ou alors je suis juste une garce qui veut t’insulter – d’ailleurs d’où je te tutoie ?! (moi = connasse ?) ), ton post est drôle même quand tu plombes l’ambiance avec des proches qui meurent alors du coup… Je vais te lire plus souvent, voilà ce que la vie m’a appris aujourd’hui !
    Et pis toute façon, tu l’as bien cherché… (et toc !)

  5. Gaelle

    Moi, j’ai appris alors que j’avais rien demandé que ton tout petit enfant pouvait être malade. Gravement malade. Mais aussi qu’un enfant peut avoir une force et un courage incroyables. Et nous parents un amour sans compter. Et enfin que les médecins et les infirmières pouvaient être super ! J’ai aussi appris d’autres choses mais celle là elle fait maintenant partie de moi…

  6. Mais je like grave cet article moi aussi !
    « Les gentils attirent les cons » (plus le jeu de mot hilarant, merci ^^) : mais exactement, c’est ça, exactement !

    Et sinon, pas vraiment d’accord sur le « Non, on ne s’en remet pas. Jamais. ».
    Parce que justement, c’est ça le propre de la Vie : c’est qu’elle continue toujours.
    Et que tu n’as jamais l’impression que tu vas t’en remettre, mais pourtant tu continues à vivre.
    Donc, oui, même si tu n’oublies jamais, tu apprends à vivre avec.
    Et doucement, tout doucement – vraiment très très très doucement en fait – et ben tu finis par ne plus y penser chaque seconde de chaque minute de chaque heure de chaque journée.
    Et donc, moi j’estime que ça veut dire que je m’en remets.
    ++

  7. Bon voilà, c’est fait et c’est là :
    http://www.pourmieuxattendre.fr/article-ce-que-la-vie-m-a-appris-125046103.html

    Merci, c’était un sujet inspirant 🙂

  8. La vie m’apprend tous les jours « qu’il faut être pris pour être appris » .
    Et tous les jours elle m’apprend qu’elle n’est pas facile mais belle ! ( enfin.presque )

  9. Bonsoir,
    Très inspirée par ton billet et celui d’Adelles, j’ai rédigé un petit quelque chose que tu pourras trouver sur mon blog. J’ai l’impression que la vie nous en apprend tous les jours, depuis tout petits. Quelques fois, on est peu disposé à comprendre alors elle rabâche. On a l’impression qu’elle s’acharne. Puis la roue tourne et elle nous fait de beaux cadeaux. Merci à toi pour ce beau billet plein de tendresse, d’humour et de vérité.

  10. J’adore ! Je te découvre grâce à dans chaque petite chose il y a un ange et je suis déjà fan ! Bravo pour ton billet, il y a énormément de choses vraies, de la fraîcheur et de l’humour 🙂

  11. Aline

    Je débarque après la bataille, mais je découvre ton blog via la blogroll de Blonde Paresseuse.
    Ce que la vie m’apprend, c’est qu’on en apprend tous les jours mais aussi que rien n’est j’amais acquis.
    Il faut profiter de chaque moment, savourer chaque instant. Mais aussi se protéger un peu, un équilibre encore un peu bancal pour moi. Mais j’apprends, j’essaie…

Trackbacks for this post

  1. En 36 ans, j’en ai appris des choses | Dans chaque petite chose, il y a un ange...
  2. Les 21 000 de Brest
  3. Ce que j'ai appris en 2015 et que j'avais rien demandé
  4. Donner du merci - Marie Grain de Sel
  5. Ce que la vie m’a appris

Leave a Comment