J’ai testé : mes 3 solutions pour gérer la déprime de janvier

Cher lectorat, l’heure est grave. Tu n’es pas sans savoir, mais peut-être ne le sais-tu pas : nous traversons actuellement « la semaine la plus déprimante de l’année ». En tout cas, c’est ce que je lis de ci, de là, chaque année quand vient la troisième semaine de janvier. Pour les détails scientifiquement prouvés, je te confie le soin de chercher sur Google.

Janvier, de toute manière, c’est coton : un pont entre l’année passée et celle qui commence. Le passage des bagages d’un hier qui n’a pas toujours eu la douceur et l’insouciance d’une croisière nudiste ; vers un demain que nous nous intimons l’ordre de rendre meilleur.
Entre les deux : cet aujourd’hui dont nous ne savons pas trop quoi faire. Alourdis par l’avant, étourdis par les promesses que nous voulons faire à l’après. En bref : nous nous trouvons bien embarrassés par ce Janvier, patate chaude de notre début d’année.

Et bien vaille que vaille, moi j’ai décidé de te proposer ici les trois astuces que j’ai mises en œuvre sans attendre et qui expliquent sans doute que je suis aussi fraiche et guillerette que… Qu’est-ce qui est frais et guilleret, au fait ? Une coccinelle, mettons… Voilà : je suis fraiche comme une coccinelle ; pourquoi pas, après tout ?

Et si toi aussi, tu veux ta part de rayon de soleil, voici ce que je te propose :

Faire, c’est vivre (et vice-versa).

J’ai un talent fort, j’ai un talent répandu : je procrastine. La procrastination permet de ne rien faire maintenant et donc, d’employer ce précieux temps libre à se reposer ou à faire plein d’autres choses. Elle permet également d’avoir toujours quelque chose à faire : puisque ce n’est pas encore fait et qu’il faudra le faire à un moment ou à un autre.

Mon analyse est la suivante : la procrastination crée l’impression d’une vie bien remplie (puisqu’il y a toujours quelque chose à faire), donnant au passage au procrasinateur le sentiment de fuir la mort (puisqu’il a toujours quelque chose à faire, donc un avenir, donc une vie à remplir, plus tard, longtemps, chaque jour). Sauf que j’ai bien réfléchi, et ce truc-là a, comme toute chose : ses limites.

Remplir sa vie de choses que l’on ne fait pas, c’est remplir sa vie de vide (puisqu’on ne les fait pas). C’est complètement absurde, finalement. J’ai donc testé autre chose, pour voir si c’était agréable : agir.

L’action, c’est remplir sa vie. Point.

Et remplir sa vie, c’est le moyen le plus confortable (j’ai trouvé) pour lutter contre la mort.

Pas d’entourloupe ici : si je fais ce que j’ai à faire, alors c’est le signe le plus évident que je suis toujours en vie. De plus, lorsque l’on fait les choses qui sont à faire, elles sont faites. Et tout roule. Ho mais que c’est beau !

(Nb : passé 20h, être allongée dans mon canapé devant un bon film correspond aussi à « faire quelque chose » selon mes standards, je précise).

Donner, ça rapporte gros.

Si tu regardes dans le détail, tu as sans doute des choses à donner. Dont certaines, même, t’encombrent. Et de l’autre bord, il y a des gens à qui ont besoin de ce que tu as en trop : parce qu’ils n’en ont pas ; ou parce qu’ils ont besoin d’en avoir davantage.  Et toi, tu en as plein plein plein. C’est le moment d’alléger tout ça : c’est le moment de donner.

Et comme je suis ici dans une démarche de bonne humeur et de bien-être, ça tombe bien : parce que je sus une grande adepte du don en tous genres. Et plus je donne, plus je reçois. Attention : je ne donne pas pour recevoir, non plus. Je donne pour donner, parce que j’ai plein de choses en surplus. Mais au-delà du plaisir du don, il y a aussi beaucoup de plaisir dans ce que je reçois en donnant.

Je te propose de classer tes dons en plusieurs catégories :

  • Le don matériel. Tu as beaucoup, voire trop : de jouets d’enfants, de vêtements d’enfants, de livres, de vélos, de vêtements d’une femme que tu fus un temps mais que tu n’es plus, de nourriture, etc. Hé bien je ne sais pas si tu as remarqué, mais ces denrées font gravement défaut à moult gens. Alors vas-y, fais péter : te débarrasser des objets du passé créera de l’espace, de l’air, de la lumière pour que tu puisses être pleinement à ta vie de maintenant.
  • Le don semi-matériel : ton sang, tes plaquettes, ta moelle osseuse, tes cheveux, etc. Du simple fait d’être, tu peux apporter beaucoup à ceux dont le corps éprouve de grandes difficultés à vivre aussi bien que le tien. C’est gratuit, tu n’as qu’à donner un bout infime de ta pleine santé et sauver des vies vacillantes. Je trouve ça magique. Ce serait dommage de se priver d’un truc aussi géant ! (et puis pendant que t’as une grosse aiguille dans chaque bras pour t’aspirer les plaquettes qui sauveront un enfant cancéreux, tu oublieras carrément qu’en fait, de base, tu étais de mauvaise humeur parce que c’est janvier et qu’il fait un temps pourri) (en plus quand je donne mes plaquettes j’ai le droit de regarder un dvd tranquillette pépète. C’est chouette).
  • Le don immatériel : attention, celui-ci est le plus rémunérateur pour toi. Amour, sourire, joie, humour, opinion, amitié, attention, écoute, présence, indulgence, sexe, tolérance, amour, amour, amour (si si, j’insiste). Ces choses-là, quand tu les déverses en abondance, te rapportent en général 10 fois ta mise de départ, au minimum. Je te rappelle que j’ai testé tout ça avant de t’en parler : tu peux donc y aller, c’est du solide, j’ai tout vérifié. Comme me disait mon amie Valérie hier : donne ce que tu es, le monde a de la chance de t’avoir !

Après, il te reste également ton argent. Ton argent est inclassable. Bien matériel, semi-matériel et immatériel à la fois. Il te fait accéder au concret, palpable tout autant qu’il est une idée, un symbole, et un flux d’échange qui ne fait que passer par toi et voué à être transmis dans d’autres mains. L’argent c’est important pour tout le monde parce que tout le monde en a besoin. Quand tu en donnes un bout, tu contribues au Grand, au même titre qu’avec tous tes autres dons. Si tu en as peu, donnes-en peu. Si tu en as beaucoup, donnes-en peu ou beaucoup : la générosité ne se mesure pas à la quantité mais à la qualité. Et puis je ne suis pas ton banquier, je ne me mêle pas de tes affaires. Toujours est-il qu’avec un peu, tu peux beaucoup. Par exemple, si chaque Brestois me donnait 1 euro, je pourrais embaucher 3 personnes et nourrir mes enfants pendant un an. Avec UN euro…

Et puis maintenant on va ranger tout ça, surtout les problèmes.

En effet, faisons du tri sélectif : ça, c’est bien un truc de début d’année.

Je passe vite sur ce que nous gardons : ce qui est bon. Tu peux même prendre un papier et dresser une liste (que je te recommande exhaustive) de tout ce qui est bon pour toi dans ta vie. Garde, déploie, multiplie, entretien tout ça : parce que c’est bon, et quand c’est bon, hé ben… c’est bon. Ton bonheur se nourrit de tout ça, alors vas-y franco !

Que ne garderons-nous point donc ? Le mauvais. Mauvais souvenirs, mauvais moments, mauvaises relations, problèmes (qui, par essence, sont donc mauvais), mauvaises odeurs et mauvais sentiments. Pour les mauvaises odeurs, il te suffira de te laver, ou de laver ce qui pue, et tout devrait s’arranger très vite.

Tout le reste constitue un gros tas de choses qui ne servent à rien. Je sais qu’on apprend dans les épreuves, qu’on grandit d’apprendre à faire face aux obstacles. Soit. Mais bon, une fois que tu as appris grâce aux mauvaises choses, elles ont fait leur temps, tu peux leur dire adieu. Ce qui appartient à hier t’encombre aujourd’hui, alors faisons place !

En 2016, je propose de classer le problème, afin de traiter au mieux son extermination :

  • Le problème à action possible (le PAAP). Problèmes pour lesquels nous avons un pouvoir d’action direct. Par exemple : problème, la maison est dégoutante. Pouvoir d’action : je nettoie la maison.  Problème : j’ai besoin de gagner davantage d’argent ; action : je demande une augmentation à la patronne (ou je change de travail). Pour éprouver la beauté du traitement par l’action des PAAP, je t’invite à t’en référer au 1/ Faire, c’est vivre. Agir, c’est être capable, fort, vivant face aux problèmes. C’est être le maître et faire du problème ta bitch.
  • Le problème à aide requise (le PAAR). Il s’agit des problèmes pour lesquels une action salvatrice est possible, à condition de faire appel à un coup de main extérieur. Pour les PAAR, je te recommande d’identifier au plus vite le type d’aide nécessaire et de la solliciter sans attendre. L’union fait la force. C’est dit et redit, et ça a le mérite d’être vrai : donc je le redis.
  • Le problème désespéré (le… ahem… Le PD…). Ces problèmes, tu as eu beau chercher, essayer, demander de l’aide : rien n’y fait, tu ne peux vraiment pas les régler. Laisse tomber ! Tout problème qui n’a aucune solution est une verrue dans ta vie : il ne te sert à rien, ne t’apporte rien, et l’énergie que tu déploies à y penser ou à essayer de le régler te serais bien plus utile ailleurs. Ce PD (pardon…), poses-le là. Fais-lui un gros bisou, c’est sans rancune : et dis-lui au revoir une bonne fois pour toutes. Adieu et bon vent. Une dispute, une séparation, un pépin grave de tous poils : ce qui appartient à 2015 (2014, 2013, 2012, […] 1983) appartient au passé. N’usons pas nos douces nuits de sommeil à ruminer ce qui est et ne sera pas changé. Bye bye le passé ! La vie : c’est maintenant !

Nb : pour une plus grande efficacité, matérialise le débarras de tes PD en les notant sur un bout de papier, que tu feras ensuite brûler (dans ton jardin ou dans une cheminée : si tu mets le feu à ta maison, tu risques de te rajouter un PAAR dont tu n’as pas besoin).

Voilà de quoi t’accompagner dans le passage de ce cap morose qu’est la semaine la plus déprimante de l’année.

Aurais-tu, par hasard, des astuces pour lutter contre la déprime ? C’est quoi ton truc à toi, quand tout est gris ?

A part ça, je me dis souvent que toucher le fond est le meilleur moyen de repartir d’un bond vers la surface : d’une simple (mais ferme), pression des pieds. Alors laisse-toi couler, une fois de temps en temps, ce n’est pas si grave. Mais souviens-toi que tu peux remonter à la surface : tu as tout ce qu’il faut pour ça, et tu le vaux un milliard de fois. En plus, une fois que tu pousses sur tes jambes, tu remontes en général très vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

17 Comments

  1. Mais que ce billet fait du bien!
    Moi je procrastine, mais je pro-caféine et je pro-théine aussi suite à une publication FB que j’ai découverte la semaine dernière. Autrement dit, avant de faire toute chose, je commence par boire un café, ou un thé.
    Je mange du chocolat. Du bon chocolat sans huile de palme. Mon défi étant de ne pas siffler une tablette, mais plutôt d’essayer de prendre une barre, de la découper en 4 carreaux, et de réussir à n’en manger que 2. Véritable défi. Tente-le.
    Je suis un peu trop dans la 3ème catégorie des dons, et suivrai tes conseils sur les catégories 1 et 2. Surtout le don semi-matériel. Pour le don matériel, je devrai attendre janvier prochain, ayant déménagé récemment j’ai pris de l’avance en juin dernier.
    Prends soin de toi

    • Marie Grain de Sel

      Ha oui tu as donc déjà fait un gros coup de débarras matériel : ça fait du bien hein ?
      Moi le chocolat je m’en tiens à 2 carrés (c’est honnête, franchement… non ?). C’est mon rituel du soir, c’est vertueux : je garde !

  2. Marie

    C’est vrai que janvier n’est pas tendre. Merci pour les sourires en lisant ton article plein d’humour !

  3. En grande procrastineuse (oui je sais ça ne se dit pas – procrastiner existe – en revanche la personne qui pratique la procrastination n’a pas de nom – c’est un peu comme si…) bref… je m’égare…
    donc en grande procrastineuse… ou procrastinatrice c’est joli aussi (ah et tiens… on me signale que ça existerait…ahhh chouette alors) je décide avec l’aide de ton billet du jour de remettre la semaine de déprime à plus tard… 😉
    Sur ce, allons ranger nos problèmes et agissons, faisons don de ce que nous pouvons.

    • Marie Grain de Sel

      Je suis en train de procrastiner un truc depuis au moins vendredi dernier : je n’y peux rien, c’est trop bon, je suis addict. Mais je me soigne (un peu, pas trop).

  4. Cécile Sz

    Je ne savais même pas qu’il existait la semaine la plus déprimante de l’année !! En tout cas, votre article donne de bonnes idées 😀 De mon côté, des projets en vue pour l’année, c’est donc bien l’occasion de se poser un peu pour repartir du bon pied et aller de l’avant ! Et quoi de mieux que l’hiver comme excuse pour se cocooner et procrastiner un peu ! Bel hiver et bon janvier à vous 🙂

    • Marie Grain de Sel

      Oui Cécile ! Je crois qu’il faut entretenir AUSSI nos comportements bien à nous : la procrastination, c’est mon truc, alors j’en garde toujours un bout ;-)Surtout l’hiver oui !

  5. Emilie

    Je suis (hélas) une championne toutes catégories de la procrastination, même si je me soigne ! 🙂 Si je fais en sorte de voir le verre à moitié plein, je dois constater que je me suis nettement améliorée ces dernières années : je procrastine toujours, certes, mais j’arrive à passer à l’action plus rapidement qu’avant. Et je m’autorise parfois à me laisser un peu couler (mais pas trop) pour remonter d’un bon coup de talon. Merci pour ton billet et hauts les coeurs !

    • Marie Grain de Sel

      Merci Emilie ! Moi j’aime ça, la procrastination : difficile, du coup, de l’abandonner totalement. Mais je peux la réduire et faire des choses qui comptent. Le juste milieu quoi 😉

  6. Hello Marie : )
    Je suis, comme toi, une adepte du don et faire le vide. En plus ça fait un bien fou et je procrastine moins (sauf si faire le vide est mon excuse pour procrastiner lol)
    ♥ « donne ce que tu es, le monde a de la chance de t’avoir ! »
    Quant au PD, un problème sans solution, est-ce vraiment un problème? Ou juste le fruit de notre mental masochiste à ses heures… ; )
    Perso je ne perçois rien comme mauvais. Il y a ce qui est et ce que j’en fais. Point Barre.
    Alors je te souhaite de joyeux moments d’être et de faire cette année encore! Et pour la déprime, je dis souvent aussi que quand on touche le fond, y a plus qu’à pousser. C’est pas plus mal. Le fond de la piscine c’est une autre perspective aussi, parfois on en a besoin.
    Des bises enneigées de Belgique! ♥

    • Marie Grain de Sel

      Ha oui tu as raison : j’avais envie de mettre que le « PD » n’est pas un problème, en réalité. Il est voué à glisser : soit il glisse vers les deux autres et du coup, il fait partie du chemin. Soit il glisse hors cadre et disparaît de notre vie : il n’est plus un problème puisqu’il n’existe plus pour nous !
      Hé oui ! Quand on touche le fond, ya plus qu’à pousser !
      Bon week end enneigé !

  7. Audrey

    Ben voilà, je ne suis plus déprimée 🙂
    Bon en vrai, je crois que je survis pas mal à cette semaine, moi. Le fait d’avoir lâché un boulot toxique depuis trop longtemps ne doit pas y être étranger (et d’un PAAP éliminé, un !) 😉
    Merci pour cette liste, elle est utile et elle donne le sourire !

  8. Mardge

    J’ai entendu dire que dans la semaine la plus déprimante de l’année c’est le lundi le jour le plus déprimant. Et c’est une excellente nouvelle, comme ça si on commence par le pire on ne peut aller que vers le meilleur. Et ça c’est vraiment trop cool, ça me donne une pêche d’enfer, heu ! une pêche paradisiaque tant qu’à faire… que je partage volontiers avec vous. Est-ce que partager c’est donner ?

    • Marie Grain de Sel

      Oui c’est une bonne nouvelle ! Moi aussi j’ai vu que c’était lundi le pire jour. Et comme j’étais de très bonne humeur lundi, je me suis dit : « Si c’est CA le jour le plus déprimant pour moi cette année, alors elle va être géante, 2016 ! ».
      OUI, partager c’est donner, donc je prends ! 😉

  9. Petite Coccinelle

    Alors comme ça il existe « une semaine la plus déprimante de l’année » ? Lol Première nouvelle.
    Je ne me souviens pas avoir entendu parler de cela avant 2016. J’ai donc été très surprise de découvrir cette nouvelle partout dans les médias. ^^ C’est une nouvelle mode ?
    Du coup je me suis posé la question : est-ce la déprime totale pour moi ? Hmmmm non pas vraiment. J’ai un super chéri, je suis heureuse et amoureuse (et ça fait 10 ans que ça dure!).
    Je travaille dans une super boite, ça aura pris du temps mais j’y suis. 😀
    J’ai un super appart qui fait plus de 45m2 !! C’est pas le cas de tous les copains, j’en ai bien conscience, alors j’en profite.
    Et cerise sur le gâteau : j’ai réalisé mon rêve de monter sur scène ! Et j’ai pris mon pied ! Une sensation incroyable d’être là où je dois être. Accepté, applaudit, reconnu. Wow ! J’en veux encore.
    Finalement je me suis dit que c’est surtout grace à ce dernier point que je ne déprime pas du tout. je suis sur un nuage et je ne suis pas prête de redescendre… Surtout que dans 2 mois, je remonte sur scène ;-).

Leave a Comment