Aborder l’entrepreneuriat en étant sûr de ne pas se tromper

Souvent, à propos d’entrepreneuriat, je cherche à écrire ce que j’aurais aimé lire avant de me lancer. Ce qui est étrange, comme angle d’attaque, puisque je n’ai absolument rien lu sur la question avant de créer mon entreprise.
C’est après, que je me suis mise à lire : et encore, pas trop non plus, histoire de garder ma spontanéité naïve et pifométrique.

Souvent je lis des choses pertinentes sur l’entrepreneuriat, la création d’entreprise, la réussite, etc. Ici, là-bas, dans des livres, sur Internet, en français, en anglais. Je lis et je suis d’accord avec ce que je lis.

Même, je me revois au lancement de mon entreprise et dans ses débuts : quand j’étais complètement apeurée et paumée, bien qu’euphorisée par l’intime conviction d’avoir fait les bons choix. J’ai aimé apprendre sur le tas, en faisant ou en ne faisant rien. Mais certaines choses, que je lis aujourd’hui, me paraissent essentielles : quand on débute, quand on continue, quand on réussit et qu’on veut rester fidèle à soi-même.

Vous savez : de ces choses un peu différentes de ce qu’on entend tout le temps sur l’entrepreneuriat. De ces vérités qui s’éloignent des méthodologies du business pour se rapprocher de l’essence de l’expérience ; qui sonnent vrai et qui créent bien plus de puissance qu’un business plan excel.

Je pense à vous ; et je me dis que peut-être, vous aimeriez gagner du temps et de l’énergie (et peut-être même : de l’argent, qui sait).
C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous ces quelques principes de base qui font toute la magie d’une expérience d’entrepreneuse réussie, à mon avis. Comme, à y réfléchir, j’ai eu plein d’idées, je vais commencer par vous livrer ici mes trois préférées du moment.

NON
Haaaaaa ! Soupir d’aise et de plaisir !

Les meilleurs moments de ma vie d’entrepreneuse, jusqu’à aujourd’hui, sont ceux où j’ai dit « non ».

Je crois que l’on développe un chiffre d’affaire à travers deux choses fondamentales : les « oui » que l’on obtient, et les « non » que l’on prononce.

En tant qu’entrepreneuse, dire « non », c’était affirmer ou réaffirmer tout ce qu’il y a de plus précieux pour moi dans mon projet.

J’ai dit « non » à des prix qui n’étaient ni ceux du marché, ni ceux du métier, et donc encore moins les miens. En le faisant, je me suis réappris que mon travail avait une valeur et qu’il ne tenait qu’à moi d’y être fidèle.
J’ai dit « non » à un projet où les gens qui étaient au cœur de l’idée étaient traités comme des accessoires de l’idée. C’est à dire que moi, faire briller les gens de leurs étincelles uniques, c’est tout l’objet de mon entreprise. J’ai donc dit « non » : rappelant ainsi que je ne peux travailler que dans un univers où la personne est d’or.
J’ai dit « non » à ce que je n’avais, en réalité, pas du tout envie de faire. J’ai dit « non » à ce qui n’était pas dans mes cordes ou trop loin de ma vision fondatrice.
J’ai dit « non » à ce que je faisais, moi aussi, et qui m’éloignait du sens que je voulais donner à mon projet.

À chaque fois que vous dites « non », en tant qu’entrepreneurs : vous protégez votre entreprise, vos idées et les gens à qui elles sont destinées.

Si dire « oui » à tout émousse la richesse du projet, à mon avis, dire « non » permet d’écrire la belle histoire, à n’en pas douter.

À la fin de chaque journée, vous saurez que votre temps aura été bien employé si vous pouvez affirmer avoir fait au moins une chose visant à améliorer le monde de ces gens-là.

LES GENS
Je crois que les gens, c’est la plus grande et la plus belle vérité de l’Entreprise.

Qu’il s’agisse des gens du dedans, qui font l’Entreprise ; ou des gens du dehors : ceux à qui vous avez des choses à proposer.

Les gens, c’est simple : c’est TOUT le succès que vous pouvez espérer.

Avant de penser produit, offre, idée, vente, argent : partez d’eux et de ce dont vous avez envie, pour eux. Vous ne vous tromperez jamais.

Prenez soin des gens du dedans, à commencer par vous-même. C’est sur l’humain que l’Entreprise construit sa réussite. C’est sur l’humain (aussi), qu’elle déconstruit sa puissance.

Je m’explique : ce sont des êtres humains de chair et d’os qui conçoivent, construisent, créent, décuplent tout ce que votre entreprise pourra produire de bon.

Il vous paraît normal d’avoir des ordinateurs qui fonctionnent, de les entretenir, de les mettre à jour et de les réparer afin de pouvoir travailler bien et longtemps ? C’est pareil avec les gens du dedans de l’Entreprise : ils sont votre avenir. Et votre réussite.

Connectez-vous profondément aux gens à qui vous vous adressez.
À qui profitent vos talent ? Vos idées ? Votre offre ?
Ces gens-là doivent habiter vos pensées dès lors que vous inventez quelque chose pour eux.
Votre focus, ce sont ces gens-là. Vos décisions, vos idées, vos choix seront les bons dès lors qu’ils seront destinés à leur apporter quelque chose de bien (de bon, de positif, de constructif, d’efficace) à EUX.

Ces gens : observez-les, écoutez-les, imprégnez-vous d’eux. Ils vous diront tout ce que vous avez besoin de savoir pour créer votre succès.

Et s’ils ne veulent pas de ce que vous leur proposez : c’est parce que vous vous êtes trop éloignés d’eux et de leur réalité. Ou alors c’est parce que vous vous êtes trompés de gens. Pas de panique ! Ça m’est arrivé, et j’ai fait ce que je vous conseille de faire dans ce cas : changez de gens, en vous demandant à qui vous avez VRAIMENT ENVIE de vous adresser. Il faut que ça palpite là-dessous, vous comprenez : allez là où vous avez vraiment envie d’aller !

À la fin de chaque journée, vous saurez que votre temps aura été bien employé si vous pouvez affirmer avoir fait au moins une chose visant à améliorer le monde de ces gens-là.

LE VRAI
Oui, soyez vrais.

Mes copines m’ont parlé d’un livre intitulé « Cessez d’êtres gentils, soyez vrais ! »*. Je ne l’ai pas lu mais j’adhère totalement à ce titre.

Vous n’êtes pas là pour être gentils : vous êtes là pour faire une différence auprès des gens.
Vous n’êtes pas là pour être aimés : vous êtes là pour aimer et croire inconditionnellement en votre vision.

« Normal », c’est comme « Parfait » : c’est un mensonge que je vous invite à ignorer tout de suite, plutôt que de vous faire du mal

On vous dira comment faire ceci ou cela. On vous donnera de grandes règles générales sur ce que c’est : de créer une entreprise et de la faire fructifier.

On vous alertera, aussi, parce que vous ne faites pas comme ceci ou comme cela. Alors vous vous demanderez si vous avancez dans le bon sens : parce que vous vous habillez « trop jeune », parce que vous lâchez vos cheveux longs et que ça fait « jeune fille », parce que vous êtes lents, parce que vous êtes rapides, extravertis ou discrets, parce que vous n’avez aucune envie de devenir une grosse entreprise employant des centaines de personnes, parce que vous aimez travailler seule, parce que vous n’investissez pas dans de grosses actions de communication, parce que vous vous voyez déjà millionnaires, parce que vous voulez vous payer cher, parce que vous préférez attendre avant de vous verser un salaire… La liste pourrait continuer sur des pages entières.

Parfois, ça me rappelle quand j’étais adolescente et que je ne comprenais rien à rien : la poitrine qui pousse, la croissance, les garçons… Et tout le temps, cette question : « est-ce que c’est normal ? ». « Est-ce que JE suis normale ? Est-ce que c’est comme ça que c’est sensé se passer ? ».

Ici, c’est pareil, la réponse est : on s’en fout, ce n’est pas « normal », c’est comme toi et il n’y a que ça de vrai (« normal », c’est comme « parfait » : c’est un mensonge que je vous invite à ignorer tout de suite, plutôt que de vous faire du mal).

Dans l’entrepreneuriat, c’est à vous de montrer au monde ce que vous êtes : il n’attend que ça

Je vous propose de régler le problème ainsi : quoi qu’il arrive, commencez par être totalement vous-mêmes. Reproduire ce que vous avez vu ailleurs va vous faire ressembler aux autres…
Les autres, c’est chouette.
Mais je crois que ce vous souhaitez, c’est que vos clients/utilisateurs viennent vous voir, vous : parce que justement, vous n’êtes pas les autres.

Si vous êtes vous-même et que ce faisant vous développez vos affaires, c’est que ça fonctionne. Alors continuez.
Si vous stagnez, demandez conseil autour de vous et vérifiez vos méthodologies : mais restez vous-mêmes (comme le disait Oscar Wilde : « les autres sont déjà pris »).
Du coup : écoutez-vous davantage que tous ces gens qui vous expliquent comment vous devriez être. Ils ont raison, pour eux-mêmes.

Sauf que dans l’entrepreneuriat, c’est à vous de montrer au monde ce que vous êtes ; au lieu de le laisser vous le dire de manière souvent approximative.

Souvent dans cette vie-là, il n’y a pas de règles toutes faites : il y a surtout celles que vous inventez pour vous-mêmes, pour faire grandir vos idées.
Fiez-vous à ce que vous êtes, faites-vous confiance : ce sera ÇA, l’identité de votre projet. Et c’est dans vos différences que vos « cibles » trouveront une valeur ajoutée.

J’aurais bien d’autres choses à raconter sur le sujet. Je m’arrête là pour aujourd’hui et reviens bientôt avec la suite.

En attendant : et si vous me racontiez ce qui vous intrigue le plus, vous, concernant le travail indépendant et la vie d’entrepreneur en général ?

 

*Le livre : Cessez d’être gentils, soyez vrais ! – de de Thomas d Ansembourg et Alexis Nouailhat, aux Éditions de l’Homme

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

2 Comments

  1. Salut Marie,
    Par ce post je découvre ton blog et j’en suis ravie ! Encore salariée pour le moment, j’effectue mes premiers pas de wannabe-entrepreneure.
    Merci pour ces partages pleins de bon sens !
    Au plaisir.

    JohannM de http://www.johannm.fr

    • Marie Grain de Sel

      Bonjour Johann ! Merci pour ton « coucou » et pour ta visite ! J’espère t’apporter d’autres inspirations précieuses au fil de prochains billets sur l’entrepreneuriat 😉

Leave a Comment