Mon amour

En me levant, le lendemain matin, j’ai pensé à toi.
Ce méchant sans visage, ce coupable désincarné.
Comme moi, tu es né ici. Peut-être même que comme moi, tu es né à 5 minutes de ce trottoir où les morceaux éparpillés de ta carcasse ont fini de salir Paris.
Comme moi, en général, tu as 30 ans.
Je fais partie de cette génération qui construit demain, et que tu assassines.
Tu fais partie de ces gens qui détruisent un monde auquel tu n’as rien compris.
Et j’avais envie de te haïr. Mais le piège était trop évident, et ce que je suis venue te dire aujourd’hui, c’est que ce piège-là ne sera pas pour moi.

La haine, c’est une réaction humaine.
Et ce qu’il y avait d’humain en toi t’a déserté , te laissant croire que tu valais si peu, dans ta conscience et dans tes valeurs, qu’un autre pouvait t’enfoncer dans la tête l’idée que c’était bien, de tuer les gens.

Une bête qui abat ceux qu’il ne sait plus voir autrement que comme des animaux.
Et puis non, tu es tombé encore plus bas. Plus vil encore que la bête qui, elle, participe à la chaîne de vie. Et toi, tu t’interposes pour la détruire.

À quel moment de ta courte vie as-tu cessé de respecter la vie humaine ? Quand, pourquoi as-tu cessé de croire que tu valais mieux que ça ?

Je ne pouvais pas te haïr parce que la haine est une réaction maladroite qui colle à l’amour. Or tu n’as pas d’amour.

Allais-je donc avoir peur ?
Crois-tu que j’aie attendu que tu te pointes avec ta ceinture d’explosifs pour avoir peur de mourir ?
Crois-tu que j’aie eu besoin de ta violence pour avoir peur pour mes enfants ?

Tu n’as rien contre moi.
Parce que tu n’as pas l’amour. Et moi, l’amour, c’est tout ce que j’ai.

Tu n’as PAS D’AMOUR !
Tu n’as donc : rien.
Tu n’as pas d’amour et si je dois donner mon dernier souffle à tes balles, à tes bombes, ça sera quand même moi, la plus forte de nous deux.

Puisque c’est un combat, et qu’à tout combat il faut un vainqueur : je te vaincrai.
Tu n’es pas fort, tu n’as rien : parce que tu n’as pas d’amour.

L’amour…

Cette arme, je la brandis à ta face masquée, et je ne suis pas seule à la porter.
Ceux que tu as emportés avec toi dans la mort vivront plus longtemps que tu ne peux le comprendre.
Nous ne retiendrons pas ton nom, nous oublierons ton visage.
Tu es mort, tu as disparu. Il ne reste plus rien de ta vie qui n’a servi qu’à montrer, même dans leurs morts, combien leurs vies étaient faites d’amour ; et combien la tienne en était cruellement et définitivement dépourvue.

Et nous : nous nous aimons, même après tes bombes.
Surtout, après tes bombes.
Nous nous rassemblons, nous buvons, nous pleurons, nous rions. Nous pansons avec nos cœurs vivants les plaies que tu as creusées.
Nous célébrons ce que tu ne connais pas.

Et chaque fois que nous nous aimons : nous t’enterrons davantage.

L’une des mille illusions dont tu te berces est que les armes te donnent la force. Mais l’amour est plus puissant que tout et tu ne le sauras pas : parce que tu ne l’as pas. Et la tristesse qu’inspire cette idée est bien plus violente que les actes que tu nous imposes. Car de l’amour, tout renaitra. Tandis que ta haine t’emportera pour t’éteindre définitivement.

Alors plutôt que de te haïr, je vais t’aimer.
Je vais t’aimer comme tu ne sais pas aimer…
Je vais t’aimer comme tu n’as pas su t’aimer : inconditionnellement.

Le feu des armes, c’est ce que je déteste le plus chez toi.
Mon amour, c’est ce que tu détestes le plus chez moi.
Alors je t’imposerai mon amour, dont tu ne veux pas : tout comme je ne veux pas de tes armes, ni de tes bombes.

Pour aimer l’assassin, il faut bien plus de force que pour tuer l’innocent.

Alors que tes armes se tairont sur ta dépouille déchiquetée, souillant les trottoirs des capitales, mon amour continuera de briller.
Je vais t’aimer, parce que c’est ce que je fais. Et c’est pour ça que tu cherches à me détruire.

Alors si on me montre ton visage, je l’aimerai : parce qu’il était celui d’un être humain qui avait oublié ce qu’il était.
Sur ta dépouille je verserai mon amour sans compter.
Sur les impacts des balles, je passerai le baume de l’espoir.
À tes armes, j’imposerai mes caresses.
Sur les cimetières que tu crées, je déposerai mes baisers.
Si tu es démuni, je te tendrai la main.
Si tu es en colère, je te chanterai la paix.
À ton nom, j’ouvrirai mes bras.
Ces soirs que tu passeras à détruire la vie, je les passerai à l’aimer.
Ces nuits que tu passeras à fomenter des embuscades, je les passerai à faire l’amour.
Et au matin, je me lèverai joyeuse : prête à aimer encore. À porter cette chose qui vrombit au fond de moi et que tu ne peux pas toucher de tes balles.

Lorsque tu présenteras ton visage vide à ceux que tu dérobes de leurs lendemains, je t’opposerai la douceur de mes sourires : parce qu’après avoir pleuré leurs vies envolées, je me souviendrai que mon cœur est plein d’amour et que cette flamme-là, tu ne l’éteindras pas.

Tu auras mon amour, pour toujours.
Je te l’imposerai sans te demander si tu en veux ; tout comme tu imposes ton feu à ceux qui n’en voulaient pas.
Et comme eux, tu devras faire avec.
Comme toi, je ne m’excuserai pas pour ce que je te fais.

Et je vaincrai de te faire cet affront qui sera peut-être le plus inacceptable pour toi et qui est, pour moi, le plus doux : celui de t’aimer, toi qui ne sais pas qui tu es. Toi qui ne t’aimes pas.

T’aimer sans compter, comme l’être humain que tu as oublié d’être.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

13 Comments

  1. Marie

    C’est bouleversant. Merci.
    Je pensais justement hier, avec incompréhension, à ces hommes qui ne sont plus humains et qui pourtant ont été de petits bébés souriants comme nous tous.

    • Marie Grain de Sel

      Oui, moi j’accuse plus facilement le coup si je pense à l’être humain caché derrière le monstre. Plus facile pour continuer d’avancer 😉

  2. Pat

    Merci Marie pour ce texte magnifique… (comme toujours..)

  3. Maëlle

    J’ai quelques fois atterri sur votre blog, je n’ai jamais signalé ma présence… Mais là je ne pouvais pas, passer juste comme ça, votre texte est beau, votre texte me touche… merci pour ces jolis mots!
    Love

    • Marie Grain de Sel

      Bonjour Maëlle, merci beaucoup de m’avoir fait signe pour la première fois et pour ce texte qui compte beaucoup pour moi. Je suis heureuse de l’avoir partagé et que nous soyons touchées ensemble ! 🙂

  4. oops

    Magnifique.
    Merci.

  5. Oh, là, là, il y a quelques instants je pensais avec admiration à toutes les personnes qui ont la force d’aimer envers et contre tout. Force dont je suis totalement dépourvue. Et pourtant ma vie est remplie d’amour. Mais je suis une teigneuse, c’est triste mais c’est comme ça. Une teigneuse mais une teigneuse pleurnicheuse, savoureux cocktail non ? Comment puis-je avoir autant d’amour dans ma vie ? L’injustice aveugle de l’univers je ne vois que cela. Et avant de me remettre au travail je me suis promis de m’épargner les sites d’info : ça fait trois jours que je pleure devant mon écran pour toutes les victimes tout en je me demandant comment faire pour avoir moi aussi une kalachnikov pour « expliquer » aux monstres que c’est pas bien de tuer. Bref, je me suis demandé ce que Marie-Grain-De-Sel pouvait écrire ces temps si … Évidemment en plein dans le mille ! Je vais continuer à pleurnicher comme une imbécile que je suis, mais, au moins je viens de perdre mes envies belliqueuses. Merci encore d’exister.

    • Marie Grain de Sel

      Tu en es donc au même stade que moi : tu pleures, tu enrages, tu ressens. MAIS : tu as « perdu tes envies belliqueuses », et là, chouette !!! Merci pour ton commentaire si sincère ! Pas facile de gérer les différentes émotions en ce moment, je trouve ça bien de partager tout ça tous ensemble. Et de continuer d’avancer !

  6. Youen

    Magnifique texte, c’est d’autant plus rageant en le lisant de trouver une humanité à ce monstre et à la fin d’oublier les victimes, pleine d’envie de vivre, de jouir de la vie et de mourir de plaisir. C’était un vendredi comme les autres, cet humain peut être aimé par quelqu’un, en aura décidé autrement.

Trackbacks for this post

  1. Le coloriage, c'est thérapeutique

Leave a Comment