Ce que j’ai appris en 2015 et que j’avais rien demandé

Cher lectorat avide d’enseignements de la vie, me revoici, me revoilà.
Il y a un an à peu près, je t’avais proposé un inventaire de ces choses incroyables et non moins cruciales que j’avais apprises de la vie sans même l’avoir cherché (c’était dans ce billet, si tu veux apprendre des choses, toi aussi).

Sache, mon choupinet, que 2015 a été particulièrement généreuse en apprentissages de vie. Incroyable année.
J’ai volontairement été pêcher certains de ces enseignements. Hé bien oui, car j’aime apprendre, que veux-tu ?
Je te donne un exemple d’une chose que j’ai désiré apprendre cette année : est-il vrai qu’il faut refaire tout de suite du sport pour soulager les courbatures liées à un intense effort physique ?
Ma réponse, après test sur le terrain, est… mitigée : un jour que mon corps était particulièrement meurtri par les courbatures (je me suis mise au surf, tu sais), je me suis lancée dans une séance intensive de course à pieds. Je n’ai pas pu marcher pendant 3 jours.
Du coup, à la question « est-il vrai que pour se remettre d’une sévère gueule de bois il faut boire de l’alcool ? », j’ai préféré ne pas chercher de réponse et j’ai opté directement pour un thé vert et une grosse sieste.
J’ai donc cherché, et j’ai appris, au passage, que « soigner le mal par le mal » ne soigne rien du tout. « Soigner le mal par le mal », ça fait juste : encore plus mal.

Elle pourrait être longue, la liste des choses que j’ai apprises cette année parce que je l’avais bien cherché.
Mais ce que je souhaite retenir, pointer, glorifier aujourd’hui : ce sont ces enseignements magnifiques que je retiens de 2015 et que j’avais rien demandé, d’abord. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Le coloriage, c’est thérapeutique

Lectrice, lecteur, comme tu le sais déjà : je suis pleine d’amour.

Oui, voilà, je t’aime. Et je sais que ces temps-ci, ton moral est défié par la cruauté de la vie.

Je ne peux pas te laisser dans cet état. Moi-même, tu sais, je dois faire face, et j’y arrive bien : parce que j’ai des techniques solides.

J’ai trouvé deux ou trois solutions, qui fonctionnent très bien : respirer le crâne de mes enfants, respirer le cou de mes enfants, respirer l’haleine de mes enfants, me rouler dans les couvertures de mes enfants pour sentir l’odeur de leur sueur et de leurs incidents nocturnes (non mais il parait que c’est normal : les sphincters ne sont mâtures qu’à l’âge de 6 ans, c’est le docteur qui me l’a dit). Et puis mes enfants ont commencé à me trouver relou. J’ai dû chercher d’autres procédés thérapeutiques. Comme je n’ai pas trouvé de bébé chat à adopter, j’ai dû creuser davantage. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Mon amour

En me levant, le lendemain matin, j’ai pensé à toi.
Ce méchant sans visage, ce coupable désincarné.
Comme moi, tu es né ici. Peut-être même que comme moi, tu es né à 5 minutes de ce trottoir où les morceaux éparpillés de ta carcasse ont fini de salir Paris.
Comme moi, en général, tu as 30 ans.
Je fais partie de cette génération qui construit demain, et que tu assassines.
Tu fais partie de ces gens qui détruisent un monde auquel tu n’as rien compris.
Et j’avais envie de te haïr. Mais le piège était trop évident, et ce que je suis venue te dire aujourd’hui, c’est que ce piège-là ne sera pas pour moi. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Carmen et les possibles

Lorsque j’étais au lycée, en Première, nous avions eu une explication de texte à faire en cours d’espagnol. Je me souviens uniquement de l’héroïne de l’histoire : une jeune mère de famille d’une trentaine d’année. Je ne sais pas quel était son problème dans la vie (mais elle avait un problème dans la vie). En tout cas, elle cherchait un travail.

Dans mon commentaire, j’avais glissé cette observation : « Carmen cherche un travail dans lequel elle pourrait construire une vie épanouissante pour elle et sa famille ».

Au moment de nous rendre nos devoirs, la prof d’espagnol s’était longuement attardée sur cette copie dans laquelle « l’élève » avait écrit… Et de lire ma phrase à haute voix. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Entreprendre : choisir une vie qui crée du courage, plus qu’elle n’en exige

En général, quand les gens l’emploient, c’est avec admiration : « j’admire ton courage », qu’ils me disent. Et en même temps, le courage est une chose qui se laisse aisément admirer. Comparé à la mesquinerie ou à l’idiotie, par exemple : si je devais choisir d’admirer quelqu’un, ce serait de préférence pour son courage.
Alors oui… L’admiration et le courage.
Et moi je ne sais pas quoi en faire : nie de l’une, ni de l’autre. Je me sens embarrassée par ces deux attributs dont les gens me parlent, quand je raconte ma vie d’entrepreneuse. Mes petits pas, mes grandes victoires, mes gros doutes. Et en face : « j’admire ton courage ».
J’ai toujours envie de répondre : « ben non, c’est plutôt moi qui admire ton courage ».
La vie que je mène ne demande aucun courage. Au contraire : elle en crée.  Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Et si nous faisions l’amour ?

A une époque, une poignée d’illuminés se sont demandé comment rendre le monde meilleur et y ont répondu par un raccourci simple et très puissant : « Faites l’amour, pas la guerre ».
Mouais… Sauf que la vie est ce qu’elle est. On a essayé hein. Et puis pour couper la poire en deux, révolution sexuelle d’un côté et aire du nucléaire et autres religions de l’autre : nous avons décidé de faire beaucoup l’amour ET beaucoup la guerre. Ha vous savez : chassez le naturel…
Il n’empêche que moi, j’ai une théorie sur la question, comme sur tout dans la vie. Et j’ai toujours pensé que tout ça était une question de vases communicants : les gens qui ne font pas assez l’amour ont trop d’énergie et de temps, qu’ils emploient à faire suer tout le monde… Dans le meilleur des cas. Le reste du temps, l’être humain est surtout très agile en matière de destruction et de souffrance.
Et moi, je vais vous le dire sans fard et sans détour : j’en ai vraiment ras le bol. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Faut-il faire l’amour ?

Il y a quelques jours, je partageais avec vous mes réflexions sur cette peur qui est partout.
La peur, moi, j’adore. Sans elle je ne ferais jamais rien : puisque je fais avant tout ce qui me fait très peur. Je vous le recommande, c’est franchement grisant.
Mais tout de même je me disais : pourrait-on parler d’autre chose ? Le monde est déjà si violent !
Pour mettre une ambiance de folie, j’annonçai donc l’arrivée prochaine d’un billet sur le sexe : l’autre grand sujet rassembleur des foules égarées que nous sommes.
Et quel élan d’enthousiasme à cette annonce ! Mon standard a explosé, ma secrétaire a dû embaucher un stagiaire et mon community manageur m’a facturé des heures sup’.
Pour vous répondre, j’utiliserais cette formule d’un ami à moi, que je me plaisais à surnommer « Charly » (= intimité) :
« Je vous ai compris ! » Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Faut-il craindre ?

La semaine dernière, quelqu’un a partagé un article, sur Facebook, intitulé : « Faut-il craindre l’Uber économie ? ».
J’aurais un plaisir colossal à discuter de « l’Uber économie » avec vous : j’adore ça moi, « l’Uber économie ».
Mais non : aujourd’hui j’ai décidé de m’intéresser à ce « Faut-il craindre ? », que je vois partout et dont les médias se gargarisent à longueurs d’années.
Pure rhétorique, cette question-là…
Que la réponse soit « oui » ou qu’elle soit « non », ce « faut-il craindre ? » ne sert à rien d’autre qu’à nous embêter. On aurait pu dire « Que faut-il penser de l’Uber économie ? ». Mais non. Ha ben non : « penser », c’est mou du genou, alors qu’avoir peur d’emblée, avant même de savoir, c’est tellement plus rock’n roll. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Entrepreneur : aller en PAIX

La vie d’entrepreneur est une expérience mystique.
Voilà la remarque qui tourne en boucle dans ma tête depuis quelques semaines.
À quelques jours du deuxième anniversaire de ma société et après 3 années profondément bouleversantes, j’ai enfin l’once nécessaire de recul pour me poser deux secondes et me dire, dans un « Waow » incrédule : en fait, cette histoire d’entrepreneuriat, personne ne peut en sortir tel qu’il y était entré.
Souvent je lis des articles qui affirment que l’entrepreneuriat nous change.
Moi je dis : c’est nous qui changeons les choses, y compris nous-mêmes, à devenir entrepreneurs. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Ils sont tous partis

Ça y est : ils sont tous partis.
L’été a encore un joli mois pour s’exprimer, mais c’en est fini de la période estivale.
Leur période à eux : lorsqu’ils viennent, avec leurs shorts, leurs sacs à dos, leurs lunettes et leurs casquettes.
Leurs guides et leurs cartes. Leurs tentes et leurs camping cars.
Les touristes. Avec leurs enfants ou leurs cheveux blancs. Et parfois les deux. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Ça sent Juillet – Point à presque mi-parcours

Mon cher lectorat préféré adoré que je chéris au creux de mon cœur, es-tu déjà en vacances ?
Moi : non.
Pourtant ici, ça sent juillet.
« Ça sent juillet », chez moi, c’est comme « ça sent le sapin », mais en plus estival. M’enfin le résultat reste assez similaire : je suis à plat, j’ai comme un pied dans la tombe (ou dans le trou de sable). Il est grand temps que les vacances arrivent, comme toujours, en juillet. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

À Roscoff il y a des oignons – Concours, Cadeau, Viens voir !

Quand on m’a proposé de vous parler de Roscoff pour vous faire gagner un bon cadeau de 150 € chez Thalasseo, la première chose à laquelle j’ai pensé a été : « à Roscoff il y a des oignons ».
J’ai toujours entendu parler de Roscoff, charmante bourgade du Finistère, pour ses oignons : qui sont, m’a-t-on dit, mondialement célèbres.
Quant à toi, lectrice, lecteur, à partir de la seconde où tu lis ces lignes, et jusqu’au 12 juillet inclus : tu peux (tu dois) participer pour gagner un lot dans le cadre du concours « Le tour de France des Thalasso ». Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Les gens qui vont à la plage le dimanche

Depuis que j’ai signé un plein temps avec la Bretagne, j’ai un rituel. La mer.
Facile, elle est juste là, partout. Il n’y a qu’à choisir un endroit au hasard pour la trouver. Parfois je ne fais même pas exprès : je tombe dessus quand même.
Quand je suis fatiguée, que mon cerveau s’ennuie, que je tourne en rond, ou que je ne tourne plus rond. Ou simplement parce qu’il faut que j’aille respirer cet air-là, j’ai un rituel : je vais le plus près possible de la mer. Jusqu’à aller dedans, s’il le faut.
Parfois je me contente d’être juste à côté. De la regarder et de la longer. Ça fait bien l’affaire.
J’attrape mes clefs et je lance « je vais voir la mer » avant de m’envoler. Ici, tout le monde sait ce que ça veut dire. Personne ne m’embête avec ça. Ils savent que c’est le moment de la mer : le moment rien que pour moi. Rien que pour elle et moi.
Comme ce dimanche.
Et puisque j’y étais, je les ai vus : les gens qui vont à la plage le dimanche. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

As-tu le Bébé power ? 6 clés pour conquérir le monde

Depuis que j’ai des enfants, je suis frappée par leur capacité à acquérir beaucoup, en très peu de temps.
En 3 ans, ils passent de cette chose immobile et entièrement dépendante à un vrai enfant humain : qui sait parler, marcher, manger, s’habiller, penser, inventer des blagues, écrire et même prendre des décisions (cf. « Terrible two »… et « three », et « four » aussi).
Alors que moi, avec mes 32 ans (et 28 dents), j’ai l’impression qu’il me serait de plus en plus laborieux de partir de zéro pour apprendre quelque chose de complètement nouveau.
Pourtant je sais, au fond, que l’incroyable capacité à apprendre et à se dépasser n’est pas propre uniquement au bébé. Mais qu’elle est le fait du cerveau humain, qu’il soit jeune ou moins jeune.

Alors j’ai observé mes enfants. En songes, j’ai repassé le film de ces dernières années : où ils ont tant avancé, tant appris, et si bien développé leurs savoir-faire. Et j’ai cherché quelles techniques je pourrais leur emprunter pour retrouver la capacité à apprendre, à foncer, et à acquérir ce dont j’ai besoin. Ce dont j’ai envie.

Au terme de cette analyse, j’ai extrait pour vous le secret du dépassement de soi à la mode Bébé.

Il tient en 6 points clefs : Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Changer de vie – Qu’est-ce que je quitte ?

Il y a quelques semaines, j’ai lu un article intitulé :
« À quoi sait-on qu’il est temps de changer ? »
Ayant pris pour habitude de m’abreuver d’écrits abordant le thème du changement de vie, j’ai lu.
À ce stade, et si j’étais vraiment sympa, je vous indiquerais le lien vers cet article, qui, je le précise au passage, était très intéressant. Mais j’ai perdu l’article.
Bon.
Tant mieux, dirais-je, puisque je vais vous proposer d’aborder ce sujet sous un angle à la sauce Grain de Sel.

Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Les 21 000 de Brest

Lectrice, lecteur, tu sais peut-être déjà comme j’apprends de la vie, parfois, sans même l’avoir demandé…
Et bien ça a recommencé.

Au départ, l’affaire était d’une grande simplicité : fruit de l’union entre une brestoise et un creusois parisien d’origine morlaisienne (c’est simple, non ?), j’ai grandi à Paris, le nez tourné vers l’ouest. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

À quoi peut-on dire qu’une ville est belle ? L’exemple de Brest.

On m’a dit que Brest était moche.
Brest est grise, Brest n’a pas d’âme, Brest a été construite en quadrillage comme chez les Américains.
J’ai fini par dire que Brest était moche, moi aussi. Pour faire comme tout le monde, peut-être. Je ne sais plus. Pour montrer que je n’étais pas dupe. Que je savais de quoi je parlais. Parce que j’étais d’ici, quand même. Pour dire que j’avais vu, moi aussi.
Même ici, de bons vieux Brestois de souche dénoncent sa laideur, comme agacés qu’on ose dire parfois qu’en fait, elle est belle (chut, ne le dites pas trop fort, ils s’énervent facilement). Brest est moche, un point c’est tout. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Psycho – Le vrai sens caché de ce que je dis

Chère Lectrice, Cher Lecteur,
Si tu viens me voir ici depuis longtemps, tu sais peut-être déjà que je suis Taureau, ascendant psy du dimanche.
Je t’explique : je traduis les paroles de l’être humain pour te livrer les pensées inavouées qu’elles dissimulent.
Dans notre jargon, nous autres experts appelons ça : de la « psychologie de psychouilleux ».

Je t’avais déjà livré un extrait de mon talent en la matière dans ce billet, qui date un peu, je l’admets.
Comme j’aime livrer mon savoir, les acquis de mon expérience, et, par dessus tout, faciliter la compréhension des êtres humains entre eux, me voici de retour avec une nouvelle série de traductions. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Si ce n’était que pour ce moment-là

Ce moment, j’en avais rêvé. Et c’était pour lui que j’avais tout décidé.
Et puis ce moment, dans la vraie vie, on tend à l’oublier.
Vous savez… Le projet, les étapes, les choses à faire.
Et puis on les fait.
Et puis on avance.
Et puis ce n’est pas si facile, en vrai. On le remarque bien assez vite. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Scène de ma vie ordinaire – Oui non si, hein ?

Scène de jour, dans une voiture prestigieuse de type Kangoo beige. Une mère enthousiaste partage un moment musical avec sa fille mélomane.
Il est 18h15 et 53 centièmes.
Dehors, les arbres verdissent, car c’est le printemps.
Dedans, il est question de chanson… Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Si tu viens en Bretagne – Ma’z out da zont e Breizh

Cher lecteur d’ici, de là-bas, de partout autour à moins que ce ne soit ailleurs.
D’après les statistiques en ma possession, tu me lis depuis moult endroits.
Tu es en France, partout. Tu es en Europe, tu es dans le monde international. Il paraît même que l’un d’entre toi me lit depuis le Bélize. C’est dire comme tu fais fi des frontières pour venir me lire ici.

De mon côté, et comme tu le sais (peut-être), je vis à Brest.
La pointe de la Bretagne. Le bout du monde.
Et qui sait ? Un jour, peut-être, viendras-tu jusqu’ici, en vrai. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

5 idées fausses mais presque vraies sur la vie d’un entrepreneur

Connaissez-vous ce phénomène des fluctuations de la mémoire ?
Ou comment on oublie vite, finalement, dans la vie. On oublie les noms, les dates, les codes d’entrée d’immeubles (enfin pas moi, j’ai une mémoire de dingue. Le code c’est : 32B58).

Celle que l’on oublie avec le plus grand talent, c’est la pensée. Oui elle, là : dans nos têtes. Cette chose qui existe, pourtant. Qui ressemble à des vérités. Parfois oui, parfois non.
Celle qui ment aussi, admettons-le : elle nous fait croire des choses, fondant ses observations sur des éléments souvent très discutables. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Changer de vie – Les autres & moi… & les autres

Il y a quelques semaines, j’ai décidé de partager avec vous ce que je trouve bon à savoir sur le changement de vie (cf.ici).

Les changements de vies, quels qu’ils soient.

J’aimerais dédramatiser tout ce que changer de vie peut avoir d’impressionnant, avant. Tout en ne minimisant pas ce que cela implique, pendant. Et après.
Pas pour vous dire ce qu’il faut faire, ni comment le faire. Juste pour vous dire que c’est possible de le faire. Et que le faire en ayant conscience de quelques détails, avant, ça peut aider, qui sait ?

Il existe un paramètre important, dans le changement de vie. Une composante que nous ne maitrisons pas et même, que nous n’envisageons pas toujours comme devant faire partie de ce que sera ce moment de bouleversement.

Ce quelque chose, ça s’appelle les Autres. Avec un grand « A ». Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Vous aussi ça vous énerve ?

Vous aimez râler ?
L’optimisme, les sourires : ça va deux minutes.
J’aime bien la bonne humeur. C’est communicatif, ça donne les joues roses et les yeux qui brillent. J’aime la jovialité, ok.
Mais aussi : j’aime râler.
Râler c’est comme éternuer : ça dégage de l’air dans mon cerveau. C’est confort.
Sur le moment ça fait du bruit, c’est vrai.
Mais juste après : waow ! La légèreté de l’être en moi-même instaurée.
Je suis conquise.

Allez, on s’en met une dose ? Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Mais j’espère que je me trompe

C’est comme si, dans un bar (admettons) on me proposait de choisir la musique de fond. Et que je refusais : « parce que personne n’écoute, parce que tout le monde s’en fout. Parce que qu’est-ce que ça peut faire d’écouter de la musique de toute manière ? C’est pas ça qui va me donner un salaire… ». Et que je refusais de choisir la musique. Tout en étant farouchement opposée à ce qu’on passe du Michel Sardou. Parce que j’aime pas.
Et là, pas de bol : mon voisin, qui lui, a bien voulu profiter de ce choix qu’on lui offrait, choisit Sardou.
Vraiment pas de bol. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

La vie idéale, une journée à la fois

Il est 6h et tout le monde dort encore. Sauf moi.
C’est l’été, il fait déjà jour. J’attrape ma planche, ma pagaie. L’œil vague, la mèche de travers, un reste de bave séché au coin de la bouche. Charme matinal, me voilà. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Et c’est qui qui fait le ménage ?

Vous aussi vous vous posez souvent cette question dévorante d’angoisse ?

La semaine dernière j’ai vu un questionnaire qui trainait sur les réseaux sociaux, alors j’ai répondu. C’était sur l’entrepreneuriat… féminin.

Équipée d’une entreprise créée par moi-même et d’un vagin, j’ai pensé que j’étais particulièrement concernée par toute question relative à « l’entrepreneuriat féminin ».

Alors j’ai répondu.

Quand soudain… Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Changer de vie – Le secret par où tout commence

Il y un sujet sur lequel j’ai envie d’écrire ici depuis longtemps : le changement de vie.
Testé pour vous par Marie Grain de Sel. Doublement.
J’ai changé de vie. J’ai réalisé mes rêves par lot de deux : partant loin de là où j’étais, et changeant de vie professionnelle.

Changé de ville, changé de métier. Changé de réalités de partout. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

Les croyances confortantes

Il y a un sujet très récurrent sur l’Internet Mondial et dans la presse : les croyances.

Les croyances, tout le monde en parle. Parce que nous en avons tous.
D’ailleurs, pour vérifier, je viens de taper « croyances » sur Google et le premier article que j’ai ouvert commençait ainsi : « Nous avons tous des croyances ».
J’te l’ai bien dit !
Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share

« On » est un…

Alors je me dis : c’est compliqué aussi, de revenir écrire. Et puis pour dire quoi ?
Hé bien peut-être, oui, pour dire quoi.

Quoi.

Haha.
(Toujours commencer par une blague, même obscure : ça brise la glace, ça crée du lien.) Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :
Share