All posts tagged amour

À chaque bout de ton amour, ta réussite s’ouvre davantage

Toi pour qui j’écris depuis près de cinq ans. Qui me lis depuis tout ce temps. Ou deux ans, ou six mois, ou deux secondes. Je pense souvent à toi, et à ce que j’ai envie de te raconter. Et je ne veux te raconter que du beau. Parce que je ne te veux que du bien. Tout le reste, je m’en tape.

Cœur avec les doigts.

Ce matin je me suis réveillée en n’ayant qu’une seule envie : te déposer là un trésor.
Un trésor c’est beau quand on l’a. C’est beau quand on sait où il est. Et surtout, c’est beau quand on peut y toucher, et s’en servir.
Par dessus tout : le trésor c’est vraiment mieux quand on le trouve. Même dans Pirates des Caraïbes ils trouvent le trésor : avoue que passer d’un coup, comme ça, du mythe à la réalité, ça nous en colle plein les mirettes. Je veux qu’on en ait plein les mirettes, toi et moi. Rien que ça, rien de moins. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Fâchez-vous, Madame !

En guise d’avant propos, je précise que ce billet, malgré son titre genré, ne revêt aucun caractère féministe (sauf à penser que partager des pensées bienveillantes pouvant tomber sous les yeux de gens qui sont des femmes serait en effet une démarche féministe).
En cela, ce qui suit s’adresse autant aux femmes qu’aux hommes.
Là.

Un souvenir intense.
Une sage-femme, manches retroussées, masque sur le visage, est penchée sur mon entre-jambes comme un peintre sur sa plus belle œuvre (j’enjolive cette scène qui fut en réalité un poil plus triviale), me hurlant : « Fâchez-vous Madame, allez ! », afin de motiver ma dernière once de force et de la diriger vers la poussée de la vie hors de moi. Un accouchement, quoi.

Et justement, il se trouve que j’ai appris à me fâcher, et que ce n’est pas si évident que ça. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

9 concepts pour sublimer l’expérience entrepreneuriale

Je n’ai jamais aussi peu écrit ici que dans l’année qui vient de s’écouler.
Souvent, je n’y pense même pas.
La vie, c’est une occupation à plein temps, vous savez. Et m’arrêter au milieu de tout ça pour écrire me semble parfois presque… vain.
Difficile de décider quelles parties attraper pour prendre le recul de billets qui font l’histoire parallèle. Pour raconter en drôle ou en différent.

J’en ai parlé autour de moi : ça me tracasse tout de même. Écrire me manque sans me manquer, ça me fait bizarre. On m’a dit que je n’avais qu’à écrire ça.
Ça quoi ? Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

La recette du bonheur est un plan à trois

J’ai commencé mon année 2016 en mangeant du foie gras et en allant voir la mer (dans cet ordre ou l’inverse, je ne sais plus).
Je l’ai finie de la pire manière qui fut : à court de démêlant pour mes cheveux.
S’il n’en avait tenu qu’à ses deux bouts profondément banals, 2016 aurait pu être une année comme une autre.
Sauf que « une année comme une autre », cela n’existe pas vraiment.
Chaque année est la suite de la vie d’avant, et l’on y trouve toujours quelque chose de différent. Même dans les années qui ont l’air calmes.

Et puis certaines années, comme en 2016 dans ma vie, il se passe des choses. Beaucoup de choses. Beaucoup d’extrêmes et de choses au milieu; à en rendre toute l’expérience très déconcertante et déstabilisante. Fascinante. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Donner du merci

Vous souvenez-vous de ces fois où j’ai appris de la vie et que je vous en ai parlé ici ( et )?
Et bien ça a recommencé.
2016 est une année… très enseignante, pour moi.
2016 m’emporte toute entière, à répétition et durablement, dans ses rouleaux sans merci, qu’entrecoupent de doux moments d’accalmie. Des moments de vraie belle vie, même, souvent.

Du coup, il est encore difficile de vous dire tout ce que j’ai pu apprendre de la vie cette année. Il y en a trop, j’ai encore trop le nez dessus. Il me faudrait du recul. Je n’en ai pas.

Une chose, pour l’instant, ressort : c’est le merci. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

On dit que l’amour dure trois ans : le contre-exemple de Brest

« Brest, toi et moi ça fait pile trois ans aujourd’hui. Et tu sais quoi ? Je t’aime ».
C’est ce que ma copine Anne-Cécile a écrit sur son mur Facebook, hier.
Thérèse et moi… Ha oui : par souci d’anonymat, Anne-Cécile a souhaité que je la mentionne sous un pseudo.
Thérèse et moi, donc, nous sommes arrivées ici à un mois d’écart.

Brest, toi et moi, le 2 août 2016, ça a fait trois ans.

Je n’ai pas oublié notre anniversaire, je l’ai laissé passer. Tu sais, comme on laisse passer la vie parfois. C’est bête, finalement.
Je n’ai pas oublié notre anniversaire parce que je ne peux pas l’oublier. On n’oublie pas sa propre naissance. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Faut-il être amoureux pour réussir ?

Un jour que je me gargarisais de tout l’amour que je portais à la nouvelle carrière que j’étais en train de confectionner pour moi-même, mon ami Sébastien m’a déclaré : « Untel m’a dit qu’il ne faut jamais être amoureux de sa discipline ». Ça m’a calmée.

Sébastien (et Untel) avait raison : l’amour rend aveugle, dit-on, et aimer aveuglément ses propres méthodes de travail serait une erreur. Le meilleur moyen, à mon avis, de nous enfermer dans nos mécanismes et habitudes sans jamais les remettre en question, ni les faire évoluer, ni envisager de les changer. Professionnellement, j’admets que c’est dangereux, parce que, pour l’avoir vécu, je constate qu’être trop aveuglément attaché à une seule approche ouvre en grand le risque de devenir périmé, puis mauvais, puis chômeur. Fort heureusement, je n’en suis jamais arrivée à de tels extrêmes. Pourquoi ? Parce que c’est de mon travail que je suis amoureuse. Et comme dans toute relation amoureuse : je fais vivre ce qui le constitue, je le remets en question, mon travail. Je cultive tout ça, je fais des efforts, je construis le tout pour que l’amour dure. Pour que l’amour brille. Et je crois qu’il n’y a rien de tel que d’être amoureux de son travail pour créer du succès économique à grande échelle.

Et d’ailleurs, je crois qu’il n’y a rien de tel que d’être amoureux dans la vie,en général : parce que quand on est amoureux, tout est mieux.

La preuve par 5 :  Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Le coloriage, c’est thérapeutique

Lectrice, lecteur, comme tu le sais déjà : je suis pleine d’amour.

Oui, voilà, je t’aime. Et je sais que ces temps-ci, ton moral est défié par la cruauté de la vie.

Je ne peux pas te laisser dans cet état. Moi-même, tu sais, je dois faire face, et j’y arrive bien : parce que j’ai des techniques solides.

J’ai trouvé deux ou trois solutions, qui fonctionnent très bien : respirer le crâne de mes enfants, respirer le cou de mes enfants, respirer l’haleine de mes enfants, me rouler dans les couvertures de mes enfants pour sentir l’odeur de leur sueur et de leurs incidents nocturnes (non mais il parait que c’est normal : les sphincters ne sont mâtures qu’à l’âge de 6 ans, c’est le docteur qui me l’a dit). Et puis mes enfants ont commencé à me trouver relou. J’ai dû chercher d’autres procédés thérapeutiques. Comme je n’ai pas trouvé de bébé chat à adopter, j’ai dû creuser davantage. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Mon amour

En me levant, le lendemain matin, j’ai pensé à toi.
Ce méchant sans visage, ce coupable désincarné.
Comme moi, tu es né ici. Peut-être même que comme moi, tu es né à 5 minutes de ce trottoir où les morceaux éparpillés de ta carcasse ont fini de salir Paris.
Comme moi, en général, tu as 30 ans.
Je fais partie de cette génération qui construit demain, et que tu assassines.
Tu fais partie de ces gens qui détruisent un monde auquel tu n’as rien compris.
Et j’avais envie de te haïr. Mais le piège était trop évident, et ce que je suis venue te dire aujourd’hui, c’est que ce piège-là ne sera pas pour moi. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Et si nous faisions l’amour ?

A une époque, une poignée d’illuminés se sont demandé comment rendre le monde meilleur et y ont répondu par un raccourci simple et très puissant : « Faites l’amour, pas la guerre ».
Mouais… Sauf que la vie est ce qu’elle est. On a essayé hein. Et puis pour couper la poire en deux, révolution sexuelle d’un côté et aire du nucléaire et autres religions de l’autre : nous avons décidé de faire beaucoup l’amour ET beaucoup la guerre. Ha vous savez : chassez le naturel…
Il n’empêche que moi, j’ai une théorie sur la question, comme sur tout dans la vie. Et j’ai toujours pensé que tout ça était une question de vases communicants : les gens qui ne font pas assez l’amour ont trop d’énergie et de temps, qu’ils emploient à faire suer tout le monde… Dans le meilleur des cas. Le reste du temps, l’être humain est surtout très agile en matière de destruction et de souffrance.
Et moi, je vais vous le dire sans fard et sans détour : j’en ai vraiment ras le bol. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Faut-il faire l’amour ?

Il y a quelques jours, je partageais avec vous mes réflexions sur cette peur qui est partout.
La peur, moi, j’adore. Sans elle je ne ferais jamais rien : puisque je fais avant tout ce qui me fait très peur. Je vous le recommande, c’est franchement grisant.
Mais tout de même je me disais : pourrait-on parler d’autre chose ? Le monde est déjà si violent !
Pour mettre une ambiance de folie, j’annonçai donc l’arrivée prochaine d’un billet sur le sexe : l’autre grand sujet rassembleur des foules égarées que nous sommes.
Et quel élan d’enthousiasme à cette annonce ! Mon standard a explosé, ma secrétaire a dû embaucher un stagiaire et mon community manageur m’a facturé des heures sup’.
Pour vous répondre, j’utiliserais cette formule d’un ami à moi, que je me plaisais à surnommer « Charly » (= intimité) :
« Je vous ai compris ! » Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Ce que j’ai appris de la vie alors que j’avais rien demandé

S’il est un bénéfice que je peux imputer à mon grand âge, c’est celui d’avoir appris des choses de la vie. Comme ça : en la vivant.

Je remarque que ces enseignements se divisent en deux catégories :

Petit a : les choses que j’ai appris de la vie et que je l’avais bien cherché.
Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Témoignage : en amour, comment sait-on qu’on sait ?

Quand j’en parle, je me sens vieille, mais en bien. Comme une chouette petite mémé plutôt attachante.
Vieille comme ces gens qui ont davantage de cheveux blancs mais aussi, qui savent des choses essentielles et très rassurantes, au fond. Des choses de la vie. Qu’on ne peut savoir que si l’on a vécu, justement.
Avoir suffisamment vécu pour savoir ça, c’est une belle chose.
Je me souviens bien et puis quand même, c’est diffus. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Est-ce que l’amour restera ?

Je les regarde et je me demande.
Je me dis que je ne suis pas objective.
Et qu’ils sont magnifiques à regarder vivre.
Ils me montrent une nouvelle manière d’être frères et sœurs que je ne connaissais pas.

J’avais ma manière. Elle ne leur ressemble pas. Parce qu’ils ont la leur, qu’ils façonnent ensemble, sans prévenir personne. Ils l’expérimentent et la découvrent sur le tas, et nous aussi, avec eux. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Il a dit : « Marie, il faut qu’on parle… »

Jeudi après-midi, dans un appartement extrêmement propre et rangé de la région parisienne.
Dehors, il fait beau, mais froid.
Dedans, il fait chaud.
Une splendide et non moins juvénile femme aux formes plantureuses (et qui prend ses rêves pour des réalités) est assise à la table du salon-salle-à-manger-entrée-balcon-chambre-d-amis. Le regard plongé dans son écran d’ordinateur. Plus précisément : dans son blog. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

#FF Flower Friday – Le Pouvoir des fleurs

Hier c’était la Saint Valentin. Ha vous n’aviez pas remarqué ?
Et, comme de par une drôle de coïncidence, ce matin, en arrivant devant l’école, nous tombâmes sur cette chanson : «Le pouvoir des fleurs», d’Alain Souchon et Laurent Voulzy. C’était sur Nostalgie. C’est vrai que ça rend nostalgique, cette chanson. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Hauts les coeurs. Enfin… On essaye…

Des enlèvements de bébés de deux jours.
Des enfants qui meurent fusillés dans leurs écoles.
Des gens qui meurent dans des guerres civiles.
Des enfants dont le repas hebdomadaire est constitué de galettes de terre. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :

Les gens #2 … Quand on devient parent

Les gens qui vous regardent droit dans le ventre durant toute la grossesse.
Les gens qui vous regardent droit dans le ventre après, pour voir si vous avez (déjà) perdu vos kilos de grossesse (peut-être sont-ils stylistes à France 5 ?.. explication là).
Les gens qui vous disent que la grossesse, c’est merveilleux, qu’on est en pleine forme et magnifique du 4e au 7e mois. Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cette lecture :