Tout fout le camp : les chiffres ne mentent pas

L’heure est grave : quand on commence à pouvoir compter en mois le temps qui s’est écoulé depuis le dernier billet, ça devient critique.
Ça ne fait «que» deux semaines que je ne suis pas passée par ici. Mais en temps bloguesque (cf. âge des chiens : tu multiplies par 7), ça fait 4 mois…
Je pensais à ça, et je me souvenais avoir déjà partagé ici mon talent pour manier les chiffres (oui, j’ai dit « talent », c’est pas la peine de rire…). C’était il y a 50 ans (en temps bloguesque). Ma mère aime beaucoup (trop) raconter à tout le monde que je suis «NULLE» en maths. Mais quand on regarde ici et , on réalise que je suis assez portée sur le calcul, finalement…
Pour un retour tranquille et plein de bonne humeur, j’ai donc décidé de faire le point en chiffres.
Ou comment, quand on y regarde de plus près, on voit que chez moi : tout fout le camp (mais on se soigne).

Je trouve que "6" a pris du bide pendant l'hiver, il va falloir se reprendre en mains...

Je trouve que 6 a pris du bide pendant l’hiver, il va falloir se reprendre en mains…

Nombre de pas en avant dans mon projet professionnel depuis janvier : 150. Ce qui explique sans doute que je déserte un peu le blog…
Nombre de fois où je me suis dit que je n’étais qu’une merde de même pas assez bonne qualité pour coller aux semelles des chaussures (oui je sais, dur…) : 415.
Nombre de fois où je me suis dit qu’au fond, je m’aimais bien et que je méritais d’être un peu plus gentille avec moi-même : 416. Oui : j’essaye de me réconcilier avec moi-même après chaque dispute. Comme mes voisins du dessous, les cris d’orgasme en moins… quoique… je devrais peut-être y songer…
Nombre de billets écrits aux 3/4 enregistrés sur mon disque dur : 6.
Nombre de fins de billets : 0 (mais je ne compte pas celui-ci, que je vais écrire jusqu’au bout et publier dans la foulée, ça ira plus vite).
Et pourtant, nombre de personnes qui pensent que mon «activité», c’est écrire sur un blog (et faire la sieste) : une petite dizaine.
Nombre de débuts de films et/ou d’épisodes de séries regardés en 4 mois : 67.
Nombre de fins de films et/ou d’épisodes de séries regardés en 4 mois : 10 et demi.
Et donc, nombre de fois où je me suis retrouvée profondément endormie dans mon canapé, la bave au coin des lèvres : 56,5 (j’ai dû sortir ma calculette pour celui-là…).
Nombre de fois où on m’a demandé «Et niveau boulot, t’en es où» depuis janvier : 873 fois.
Nombre de fois où j’ai eu sincèrement envie de répondre : 3.
Nombre de fois où j’ai répondu : 873 fois. je suis faible. Faut que j’arrête de faire ça…
Nombre de fois où j’ai été vraiment fière de moi et que je me suis trouvée courageuse : 78.
Nombre de fois où je me suis demandé si je ne devrais pas redevenir salariée au lieu de me compliquer la vie : 92.
Nombre de fois où il a été clair qu’en fait si, je faisais les bons choix : 800 000.
Quantité de gens nouveaux rencontrés en un mois : à peu près 100 000.
Nombre de fois où j’ai eu envie de dire «ta gueule» à quelqu’un : 899.
Nombre de fois où je l’ai fait : 2. En voiture, quand je suis sûre de ne pas être à portée de main de ma victime. Je ne suis pas sympa en voiture (un jour, je pourrai rajouter : «nombre de fois où je me suis fait casser la figure à un feu rouge : 2»…).
Nombre de bobos infligés à ma voiture ces 3 derniers mois : ZÉRO !!!!!! (mais que se passe-t-il ?..).
Occurrences du mot «maman» ces deux derniers mois : 15 (on a eu une petite semaine de relâche : où un certain bébé avait oublié qu’en fait, son préféré, c’était Papa).
Occurrences du mot «papa» ces deux derniers mois : 1245 (le bébé n’oublie jamais longtemps qui est son préféré…).
Nombre de fois où j’ai dû préparer le repas/ranger le salon/aider le grand à s’habiller avec un bébé de 11 kilos sur un bras : 87 (le bébé préfère papa mais trouve les bras de maman indispensables… Maman aime bien bébé mais maman a mal partout).
Somme d’argent dépensée chez le chiro pour réparer les dégâts : franchement, je préfère ne pas en parler.
Nombre de fois où il a fallu s’arrêter pour faire pipi sur un tronc d’arbre / à l’ombre d’une petite cour / juste devant chez Picard, en un mois : 28. C’est quand même pas difficile de faire pipi AVANT de partir de la maison (le matin), et AVANT de quitter l’école (le soir) !

(vous aurez remarqué que je critique mes enfants. C’est parce que j’aime beaucoup les accuser. Ils ne lisent pas ce blog. Je peux. Après, quand je les vois, je fais ma grosse hypocrite : je leur fais des câlins et je leur dis qu’ils sont parfaits…)
(au passage, je précise que les pipis dans la rue, ça n’était pas moi hein…)

Mais bon… Nombre de fois où j’ai dit à mes enfants qu’ils étaient parfaits en un mois : 1456.
Nombre de fois où je l’ai vraiment pensé : 1456.
Nombre de fois, depuis septembre, où on m’a dit que c’était une drôle d’idée de partir à Brest, que c’était «bof bof», «pas sexy», qu’on allait «morfler niveau climat», que c’était «beaucoup trop loin», voire même qu’on s’est ouvertement moqué de moi en prenant d’autres personnes à partie : 677 (un grand nombre d’envies de répondre «ta gueule» se sont naturellement glissées par ici, d’ailleurs).
Nombre de fois où l’émotion l’a emporté alors que je posais le pied sur le sol de ce pays qui est le mien, où j’emmène ma famille; ce pays que j’ai attendu pendant 30 ans, comme on attend éperdument de retrouver celui qu’on aime: 2 ou 3 fois.
Nombre de fois où j’ai eu peur, où j’ai eu le tournis, où je me suis dit que j’étais complètement folle, que je ne savais même pas où j’allais, depuis janvier : 7654 fois.
Nombre de fois où j’ai vu en pensée mon mari et mes enfants… puis qu’en rouvrant les yeux j’ai regardé leurs visages de petits coquins (oui, le mari aussi a un visage de petit coquin) et que ça a tout balayé en deux secondes : 7654 fois.
Et donc : nombre de fois où j’ai été profondément heureuse d’être folle, 8997.
Nombre d’heures que j’aimerais passer chaque jour à tout raconter ici, à mettre mon grain de sel partout, à dire des bêtises. Puis des choses moins bêtes : 10.
Faisabilité : 0%.
Ha oui… je finirais avec l’essentiel : nombre de fois où j’ai fêté mes 30 ans depuis que j’ai eu 30 ans : 4… Pffff les gens n’aiment plus faire la fête…
Nombre de fois où j’aimerais revenir ici cette semaine : 2.
Alors peut-être à demain… ou jeudi. Non parce que demain c’est mercredi alors bon…

Taux de plaisir que je vais avoir à cliquer sur « publier », là, tout de suite : 500 %. C’est si bon et ça me manque tellement d’écrire ici !

Ouf ! C’est bon de se retrouver !

14 Comments

  1. C’est un chouette billet. Vraiment chouette. Et je sais pas pourquoi, mais j’ai envie de chialer. (un jour je serai de nouveau enceinte et j’aurai pas seulement envie. 9 mois de chialouze, ça va être beau)
    Bref, j’ai kiffé et ça m’a émotionnée.

    • Merci beaucoup !
      Ben alors ! Si tu es émue comme une femme enceinte, c’est peut-être parce que tu l’ES !!! 😉 Allez, quoi qu’il en soit, laisse parler tes émotions, parfois ça fait d bien !

  2. et voilà j’ai le tournis aussi… mais moi ce sont tous ces chiffres mis à la queue leu leu
    …….. je dois être une littéraire !! quoique…….
    j’adore ce billet !!!
    à très vite…… oui oui j’ai bien lu : 2 fois cette semaine 😉

  3. Tu es une stastisticienne née et en plus les tiennes, elles font sourire…

  4. LWH

    Attention : moi, je vais fêter tes 30 ans le 22 juin (à moins qu’on arrive à se voir le 21). Comme ça, ça fera 5 fois ! 🙂

    • On aura d’autres choses à fêter le 22… Mais quand personne ne regardera on trinquera à mes 20 ans (bon ok… 30). HIN HIN HIN HIN !!!!!! Je savais que je pourrais compter sur toi ma Lulu 😉

  5. Ton billet me touche, Brest est une très belle ville, et en plus tu offres un cadre de vie plus serein, plus sain à tes enfants que la région parisienne. Tes mots, tes maux, ta verve nous prouvent à tous que tu es plus qu’une simple maman blogueuse. Je te souhaite d’avoir un peu de chance, le talent tu l’as.

  6. L’écart entre 2 billets qui se compte en mois.. Tiens, tiens, ça me dit quelque chose !

  7. Mère Blabla

    Super ton billet 🙂 Et je confirme que tu as l’air d’être sur le bon chemin.

Leave a Comment