Et ainsi, Paris, je suis partie

Je suis partie. Sans me retourner, regardant droit devant.
Epuisée par nos adieux, Paris, je t’ai quittée, soulagée.

Je suis groggy. Partie mais pas encore tout à fait arrivée. Il me faudra quelques temps pour comprendre ce qui s’est passé. Ce que nous avons fait.
Nous sommes partis, Paris. Et j’ai toujours pensé que le jour où cela se produirait, ce serait définitif. Je n’aime pas dire «jamais». Mais j’ai mis 30 ans à faire le tour de toi, de ta région, de tes recoins. Les 30 suivants, je les emploierai à voir ce qui se passe ailleurs.

J’avais tellement rêvé cet autre part… J’avais tant fantasmé le grand départ… Que j’en avais oublié que pour partir, Paris, il fallait te quitter.

Pendant plusieurs jours je t’ai respirée, je t’ai foulée du pied. Je t’ai vécue de cette manière-là pour la dernière fois.
Paris… J’ai réalisé que plus jamais tu ne serais ma ville, ni même ma région. Et ma gorge s’est nouée.

Je ne m’étais jamais sentie complètement parisienne. Quand on est parisien, on est de partout. Et moi, je n’étais pas d’ici, de toute manière.

Je n’avais pas mesuré ce que tu étais. Je n’avais connu que toi. Je t’avais dans la peau, toi aussi, finalement.
Parce que toute une vie, Paris, ça vaut quand même pour quelque chose !

www.mariegraindesel.fr_Paris-Eiffel

Il a fallu saluer tous ces souvenirs. Les samedis après-midi sur l’île Saint Louis. Les premières amours sur les bords de Seine. Les baisers à la fontaine Saint Michel.

Les soirées rue Montmartre, les brunchs à Pernety. Les hauts et les bas de Cardinal Lemoine, puis de La Fayette. Les Champs, quand pointent les premiers rayons du soleil. Les avions du 14 juillet. Les cinémas de Montparnasse. Les graines plantées à Daumesnil. Les lumières contemplées la nuit, du haut de la Butte. Les grandes déclarations sur des escaliers en pierres. Et ce pull gris, perdu à jamais dans les galeries du Louvre.
Les visites clandestines à Ledru Rollin, les promenades jusqu’à l’Opéra bastille, les manifs sous mes fenêtres. Les étés de canicules, les hivers sous la neige.
La vie perchée sur le bois de Boulogne. Les pistes d’Orly. L’avenue Victor Hugo…

Quand l’appartement a été vide, que nous avons dit au revoir à tous ceux que nous te laissions, Paris, j’ai su que ç’en était fini de toi et moi. Je te retrouverai ponctuellement, de passage. Je serai ta touriste, et tu continueras de m’émerveiller.

Paris, j’ai rejoint mon nouveau port. Je t’ai laissée derrière moi, triste et enthousiaste. Forcée de tourner une page puisque j’ai choisi d’en ouvrir une autre.

Pendant des jours, j’ai consommé nos adieux jusqu’à l’écoeurement. Je voulais en finir de te quitter, Paris. Pour pouvoir enfin partir.

Les yeux dans le soleil couchant, je t’ai laissée dans mon dos. Tout ira bien pour toi, tout ira bien pour moi.
J’y suis allée d’un coup d’accélérateur. Sans regrets. Chamboulée de la tête aux pieds. Trop contente et encore un peu trop nostalgique.

Au bout du voyage, j’ai plongé toute entière dans l’océan. Retenant mon souffle, j’ai piqué du nez pour en caresser le fond de la paume de la main. La mer est entrée en moi par mes yeux, ma bouche, mes oreilles. Lorsque j’ai refait surface, le sel coulait dans ma gorge.

Alors j’ai regardé vers le large et j’ai su qu’il n’y avait pas de retour.

Et ainsi, Paris, je suis partie.

18 Comments

  1. Bel hommage, déménager ce n’est jamais facile. Si je comprends bien ,c’est Breizh power maintenant ?

  2. magnifique billet… vraiment…
    et bon nouveau départ, alors !

  3. LWH

    Tu l’as écrit la gorge nouée, moi, je l’ai lu les larmes aux yeux. Très beau….

  4. Magnifique texte. Déménager ce n’est jamais évident :).
    Bon courage et bonne continuation pour la suite ^^

  5. Magnifique.. Je te souhaite une vie pleine et heureuse en ton nouveau port..

  6. oh la la! ça me parle! 🙂 même les brunchs à Pernety! 🙂

  7. Je viens de lire ton billet (toujours un temps d’avance !) : Bon déménagement, et très heureux nouveau départ. J’espère que tout se passe bien !

  8. j’ai quitté Paris pour très loin il y a 10 ans… je n’ai pas mis les pieds à Pernety depuis… mais on vivait vraiment pas loin! 🙂

Trackbacks for this post

  1. Celle qu'il ne faut pas nommer (la rentrée)
  2. Tout ce que tu as toujours voulu savoir sur Marie Grain de Sel
  3. Changer de vie - Le secret par où tout commence

Leave a Comment