2 questions à te poser chaque jour pour qu’il soit un BON jour : optimiser ses journées lorsqu’on est quelqu’un qui crée ☀

Arrête tout, ne bouge plus : j’ai compris un truc complètement dingue ce matin.

J’étais sous ma douche, là où j’ai toutes mes idées.

Et j’ai réalisé que pour être heureuse, j’avais absolument besoin d’une chose le matin, en me levant.
Une idée phare et déterminante : celle que la journée que je vivrai serait une nouvelle opportunité de faire tout ce que je veux.
Et que cela suffirait.
Et même : ce serait plutôt simple, finalement

Alors pas « tout ce que je veux » comme rien du tout, ou n’importe quoi, et je m’en fous.
Mais plutôt comme : TOUT ce que j’ai envie de voir se réaliser dans mon monde.
En fait, je ne peux être heureuse que si je fais de chaque journée…

Une œuvre de ma création. Oui, voilà, en toute simplicité.

J’ai l’impression que l’humanité s’appuie sur deux dynamiques.

Soit tu crées.
Soit tu exécutes.

Je pensais donc que la création était pour… les créateurs d’entreprises, les indépendants, et puis les artistes en tous genres.
Et je réservais logiquement (pensais-je) l’exécution à tous les autres : ceux qui travaillent pour quelqu’un d’autre et qui obéissent aux ordres qu’on leur donne.

Et puis je suis devenue entrepreneuse et j’ai mis un temps scandaleusement long à devenir vraiment créatrice. Comme quoi, la création, ce n’était pas si évident.
Je trimballais comme ça mes bons vieux réflexes d’exécutante, auxquels m’avaient rompue 20 ans d’éducation scolaire et 10 années de salariat.
Et mine de rien : j’ai mis du temps à comprendre comment devenir créatrice (déjà, parce que, de base : je n’avais pas remarqué que je ne l’étais pas encore… hum…).

Et aujourd’hui, je crois que nous avons tous l’opportunité d’être créateurs si nous le voulons. Et je crois aussi que nous sommes tous menacés par la tentation de l’exécution.

Ceux qui créent ont une vision à eux et choisissent d’utiliser chaque jour comme autant d’opportunités de servir celle-ci.
Et n’importe qui peut vivre comme ça : ce n’est pas une question de statut, d’entreprise et autres.

Ceux qui exécutent consacrent leurs journées à manifester la vision d’autres personnes. Et nous savons tous le faire très, très bien.
Je crois que c’est une bonne chose parce qu’en exécutant nous faisons : nous agissons.
Ce n’est pas rien, tout de même.

Et pourtant, je trouve aussi que c’est vicieux, l’exécution. Elle nous donne l’illusion de l’action et de la réalisation. Sauf que nous y agissons pour la réalisation de quelque chose d’extérieur à nous-même.
Risquant donc de construire une vie entière à passer à côté : de nous-même, de notre potentiel, de nos envies, de ce qu’on aurait pu faire si…

… Si on avait été créateurs.

J’ai déroulé l’idée, et j’ai fini par déduire qu’être créateur était un choix à la portée de tous.
Et qu’il était un bon choix.

J’ai fini par comprendre que c’était sous cet angle-là que nous pouvions déployer mieux que jamais tout ce qui fait notre puissance.
J’ai fini par observer que vivre dans le camp des créateurs était un remède magique contre la démotivation, la peur, le burnout, la fuite des cerveaux, et peut-être même le divorce, qui sait ?

J’ai fini par avoir envie de te le dire, à toi : que tu peux être créatrice, créateur. Et que ça tient à peu de choses.
Un léger changement de paradigme.

Être créatrice/-eur, c’est cesser d’entamer ta journée en te disant que tu vas l’employer pour « faire ce qu’il y a À FAIRE ».
C’est donc te mettre à vivre tout ce que tu vis comme autant de réponses possibles à :
« que vais-je faire aujourd’hui pour aller vers la chose que je désires le plus pour ce monde ? ».

** Ça veut donc dire que tu vas veiller chaque jour à te poser ces 2 questions et à bien y réfléchir :

1/ « De quoi ai-je envie de meilleur pour les gens dans ce monde ? »

2 / « Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui pour aller vers ça ? »
C’est à dire : chercher ce que tu vas faire et vivre dans ta journée comme autant de manières, POUR TOI, d’aller vers ce grand objectif. Ton travail, tes conversations, tes nouvelles idées, tes anciennes idées, ta vie privée, tes sorties, tes rencontres, etc.

Tu verras : c’est quelque chose que tu peux appliquer où que tu agisses. Que tu sois salarié(e) ou ton propre chef.

Je te conseille de tester la création, si ce n’est déjà fait.
Là pour le coup, ça ne te coûte vraiment rien d’essayer 

Très belle semaine à toi !

Marie-Haude

Leave a Comment