All posts tagged entreprendre

Il m’a dit « tu vas te planter » [ Comment j’ai enfin (re)libéré mon mojo entrepreneurial ]

Il y a quelques temps, j’ai traversé une période de doute.
Sans savoir comment ni pourquoi, j’étais saisie de cette peur pouvant aller jusqu’à la panique : voir mon entreprise… couler.
Je croyais avoir dépassé ce genre de peurs depuis longtemps.
Mais bon… Les émotions parfois (ou tout le temps ?), ça arrive sans prévenir, comme ça.

Fidèle à ma religion éternelle (« verbalise le problème, pour régler le problème »), je me suis tournée vers mon confident, mon collègue d’entrepreneuriat, mon conseiller en développement personnel et cuisinier maison : mon mari.

Et j’ai verbalisé le fond de mon angoisse en veillant à être la plus explicite possible :
« Et si je me plantais comme une grosse merde et que ma boîte mourrait dans d’atroces souffrances ?! ».

J’y ajoutai un soupçon de vibrato dans le fond de la gorge, histoire qu’il comprenne la gravité des doutes qui m’éteignaient en cette heure sombre pré-cataclysmique.

Sans hésitation, sans drame ni chaos, il m’a répondu :
« Ben oui, tu vas peut-être te planter. Et ta boîte coulera peut-être, oui ». Read more…

marie-haude meriguet entrepreneuse

Le job le plus long [comment être une entrepreneuse qui dure]

Sur cette photo : je souris et je montre mes dents, j’ai une bougie et je suis contente.
Pourtant, ce n’est pas un anniversaire.
C’est mieux : c’est un cap (Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ?) (non ?… ha bon…).

Depuis plusieurs semaines, j’ai dépassé mon record. C’est à dire que l’emploi que j’ai aujourd’hui est… le plus long que j’aie eu de toute ma vie.

Entrepreneuse.

Je me consacre à ce projet-là depuis 5 ans et demie, dépassant ainsi le temps passé dans mon précédent emploi qui, ironie de la vie, était un CDI (c’est là où j’ai réalisé que le terme « indéterminé » était tout de même diablement relatif).

Je voulais vous dire comment j’ai trouvé des clients, comment j’ai gagné de l’argent, comment j’ai raté des trucs, perdu de l’argent, questionné, recommencé, tout changé, recommencé encore, et puis regagné de l’argent. Read more…

Je serai là demain [Je ne suis pas une « bonne » entrepreneuse]

Qu’est-ce qui fait une bonne ou un bon quelque chose ?
Une bonne entrepreneuse, une bonne écrivaine, un bon parent, un bon manageur, une bonne patronne ?

À chaque fois que je me suis posé cette question, j’ai vite arrêté de me la poser.
Elle ne marche pas, cette question, dans la vraie vie.

Mais elle revient souvient : je crois que c’est parce que nous n’avons pas appris à être mauvais. Du coup, nous ne connaissons pas d’autre solution que d’être bons. Ça remonte à l’école, où il n’y a qu’une vraie bonne possibilité : celle d’être BONS. Le reste ? C’est  de l’ECHEC, des FAUTES, du TRAVAIL DÉCEVANT et du PEUT MIEUX FAIRE.

En gros ne pas être BON c’est la MORT.
(Ça va ? Je ménage bien mon effet avec toutes mes majuscules ou bien ?..)

Et on n’apprend pas à être mauvais. Encore moins à être de bons mauvais. C’est dommage. Parce que dans l’entrepreneuriat, et puis partout, d’ailleurs : savoir être mauvais, c’est ce qu’il y a de plus précieux.

Dans le monde de la vraie vie : il n’est pas question d’être bon. Read more…

Avant de dire que « c’est pas possible »….

Il y a deux sujets dont je parle beaucoup : la création d’entreprise, et la vérité.
Dans les deux cas j’en parle parce que je le fais, parce que c’est ma vie, et parce que c’est mon métier.Une chose que j’entends souvent, du coup, c’est :
« C’EST PAS POSSIBLE ».

Arf.
Bien sûr, je comprends, mais je vous avoue que je fatigue, aussi. Read more…

Je vais droit à l’échec 

… Et j’aime bien ça.

Pendant longtemps, ma vie devait être une performance générale.
Tout devait être parfait. Tout devait être bon.
Du premier coup.
Chose improbable…
J’étais la première à dire : « non mais tu ne peux pas toujours tout réussir du premier coup ! Tout prend du temps. Vas-y par étapes : apprends en faisant »

Blablablablabla. Read more…

 Avant, j’avais tout le temps peur. Maintenant j’ai juste les pétoches

Longtemps, j’ai considéré qu’il valait mieux échouer en faisant quelque chose que je n’aimais pas.
Dès que l’on se met à réaliser ses rêves, à faire ce que l’on aime vraiment, on est exposé au pire des échecs, pensais-je : celui de constater que le rêve « ne marche pas ».

Bien entendu, je me gourais complètement.

Je suis quelqu’un qui a eu peur toute sa vie.
De l’échec, bien sûr.

J’ai même réussi, à la longue, à me persuader que c’était génial d’avoir peur. Read more…

Que se passe-t-il après avoir osé ?

La semaine dernière j’ai publié ici mon billet dans lequel je dis que je suis, en réalité, une artiste. Pas une formatrice, pas une consultante, une artiste (c’est ici, si vous souhaitez le relire).

… Et après ? On fait quoi ?

Pour décrire le stade actuel de ma vie, je vais utiliser cette métaphore qui me vient lorsque je pense à la dernière fois que j’ai fait un choix sans savoir ce que je faisais (du tout, du tout). Read more…

2 questions à te poser chaque jour pour qu’il soit un BON jour : optimiser ses journées lorsqu’on est quelqu’un qui crée ☀

Arrête tout, ne bouge plus : j’ai compris un truc complètement dingue ce matin.

J’étais sous ma douche, là où j’ai toutes mes idées.

Et j’ai réalisé que pour être heureuse, j’avais absolument besoin d’une chose le matin, en me levant.
Une idée phare et déterminante : celle que la journée que je vivrai serait une nouvelle opportunité de faire tout ce que je veux.
Et que cela suffirait.
Et même : ce serait plutôt simple, finalement

Alors pas « tout ce que je veux » comme rien du tout, ou n’importe quoi, et je m’en fous. Read more…

changement brest

Comment savoir si le changement de vie est pour toi, et si c’est pour maintenant ?

Ça y est, c’est l’été dis donc…
L’été pour moi, c’est souvent : plage, amour, soleil, apéro, et du temps pour la remise en question et la prise de décision (pas toujours dans cet ordre-là).

Est-ce que toi aussi, dans la vie, tu te poses plein de questions ?
Est-ce que toi aussi, tu te dis que la pause estivale sera le moment idéal pour poser et murir les choses : et trouver, dans ta tête reposée, les réponses qui se perdent souvent dans ta course quotidienne ?

Si oui, peut-être que cet été, tu vas réfléchir à changer de vie.
Peut-être même que ça fait un petit moment que tu y songes : partir ? Quitter ton boulot ? Créer ton propre projet ? Tout arrêter pour partir à Tahiti* ?
Tu as raison : c’est le bon moment pour poser tout ça à plat. Read more…

À quelle vérité se fier pour réussir dans la vie ?

Je crois que la vérité, c’est important, dans la vie. Pour faire quelque chose de bien, de constructif, il faut beaucoup d’honnêteté à mon avis. Avec les autres, en général. Certainement. Mais surtout : de l’honnêteté envers soi-même. Se dire la vérité, la voir en face, et s’en servir comme tremplin pour nos propres accomplissements.
Oui mais la vérité, c’est quoi ? À quel moment une idée, comme ça, en passant, devient vérité ? À quel moment une remarque mérite qu’on s’y attarde peu parce qu’elle ne nous apportera rien de constructif ? Difficile à dire, là, comme ça.
Heureusement, on peut toujours compter sur les enfants pour nous aider à tout remettre en place dans la vie. Et en matière de vérité (ou de remarques dont on se passerait bien), ils sont très forts, les enfants. Read more…

Quand l’enfant rêve, la vie grandit

Quand j’étais enfant, je rêvais d’avoir un piano.
Vers 4 ou 5 ans, je suis tombée raide dingue amoureuse de cet instrument. J’en voulais un, pouvoir le toucher tous les jours, et apprendre à en jouer. Comme ma copine Clarisse, qui savait jouer la Lettre à Élise (ce qui était marrant : parce que nous avions aussi une copine qui s’appelait Élise).
Mais un piano, ça coutait cher. Il n’y avait plus de place au conservatoire. Alors j’ai dû faire de la clarinette. Ça n’a pas duré longtemps. Read more…

Entreprendre : bilan et leçons

Les amis, nous y sommes : dans quelques semaines, je clos le troisième exercice comptable de mon entreprise.
Je clos au 30 septembre et du coup, ce 9e mois de l’année est toujours très spécial pour moi.
Un mois ambivalent : celui des renouveaux et des naissances, comme je vous le disais il y a quelques jours. Le mois où j’ai commencé ma vie à Brest, et la même année, celui où j’ai créé ma première entreprise. C’est aussi le mois de naissance de ce blog, il y a quatre ans. Un mois d’anniversaires très importants et chers à mon coeur.

Et septembre est donc, aussi, un mois de bilan. Ce qui est fait est fait, et il n’y aura pas davantage pour cette année : tout ce que je pourrais vendre à présent serait facturé sur l’exercice suivant, de toute manière.

C’est très spécial, le bilan : ce pont entre ce qui est accompli et ce qui va suivre. Le bilan, donc, peut autant être l’état des lieux de mon entreprise, que le moment grave et solennel de la réponse à cette question cruciale : est-ce que je continue ou est-ce que j’arrête ?
Hé oui : le bilan, c’est aussi un exercice technique, comptable, qui permet d’avoir, jusque dans les moindres détails, les paramètres qui vont me permettre de savoir si mon entreprise peut continuer à vivre. Ou pas. Read more…

Ces mensonges que le temps et l’argent me racontaient

Il y a quelque jour, j’ai eu une épiphanie : j’ai réalisé tout net que j’avançais dans la vie avec et malgré mes deux pires ennemis. Et que je les laissais me détruire avec beaucoup de complaisance.
Et pour réussir ce que l’on entreprend : il est indispensable d’identifier ses ennemis. C’est pourquoi je souhaite en parler aujourd’hui.
On dit « garde tes amis près de toi, et tes ennemis encore plus près ».
C’est phrase est extraite du Parrain, le roman de Mario Puzo dont fut tirée la fameuse trilogie hollywoodienne. Et dans le Parrain, ils savent y faire pour arriver à leurs fins (« Ce n’est pas personnel Sonny, c’est le business », vous vous souvenez ? Quel bon sens tout de même !). Read more…

Et si j’avais fait une grosse connerie ?!

Depuis que j’ai décidé de créer mon entreprise, je suis morte de trouille en permanence. D’ailleurs, je suis tellement constamment effrayée que je n’y prête plus attention et donc : ça fait comme si je n’avais pas peur du tout (magie).
Et puis parfois, comme ça : je panique. En général, ce sont les jour où je fais ma comptabilité, ceux où je parle à mon comptable, ceux où mon comptable m’envoie mon bilan, ceux où je consulte mon compte en banque personnel, et ceux où je n’ai plus de chocolat à la maison.
Et là, soudain, je me demande :
« Et si j’avais fait une grosse connerie ? » (sauf pour le chocolat : quand il n’y en a plus, j’en rachète. Facile).

Cette question, j’ai remarqué, les gens se la posent souvent lorsqu’ils créent leur entreprise. Ou lorsqu’ils attendent un enfant, lorsque leur enfant naît, ou lorsqu’ils changent de vie… Ou lorsqu’ils s’engagent à aller déjeuner chez leur belle-mère tous les dimanches.
Moi je n’ai pas paniqué lorsque j’ai eu des enfants, parce que je suis globalement assez inconsciente dans la vie (et donc j’ai également créé une entreprise). Et ma belle-mère habite tellement loin que certains dimanches, j’aimerais bien déjeuner avec elle.
Mais depuis que j’ai quitté Paris pour Brest et surtout, depuis que j’ai créé mon entreprise : je vis des épisodes réguliers de panique passagère. Alors j’ai pensé à toi. Peut-être que toi aussi tu te la poses, ou peut-être te la poseras-tu un jour, cette question.

Lorsque tu vivras ces moments de panique, trois choix s’offriront à toi : Read more…

Entreprendre : choisir une vie qui crée du courage, plus qu’elle n’en exige

En général, quand les gens l’emploient, c’est avec admiration : « j’admire ton courage », qu’ils me disent. Et en même temps, le courage est une chose qui se laisse aisément admirer. Comparé à la mesquinerie ou à l’idiotie, par exemple : si je devais choisir d’admirer quelqu’un, ce serait de préférence pour son courage.
Alors oui… L’admiration et le courage.
Et moi je ne sais pas quoi en faire : nie de l’une, ni de l’autre. Je me sens embarrassée par ces deux attributs dont les gens me parlent, quand je raconte ma vie d’entrepreneuse. Mes petits pas, mes grandes victoires, mes gros doutes. Et en face : « j’admire ton courage ».
J’ai toujours envie de répondre : « ben non, c’est plutôt moi qui admire ton courage ».
La vie que je mène ne demande aucun courage. Au contraire : elle en crée.  Read more…

Entrepreneur : aller en PAIX

La vie d’entrepreneur est une expérience mystique.
Voilà la remarque qui tourne en boucle dans ma tête depuis quelques semaines.
À quelques jours du deuxième anniversaire de ma société et après 3 années profondément bouleversantes, j’ai enfin l’once nécessaire de recul pour me poser deux secondes et me dire, dans un « Waow » incrédule : en fait, cette histoire d’entrepreneuriat, personne ne peut en sortir tel qu’il y était entré.
Souvent je lis des articles qui affirment que l’entrepreneuriat nous change.
Moi je dis : c’est nous qui changeons les choses, y compris nous-mêmes, à devenir entrepreneurs. Read more…